Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Une voiture électrique rechargée en six minutes, c’est désormais possible

Entretien avec Rachid Yazami, l’inventeur de l’anode graphite pour les batteries lithium-ion


Rédigé par Safaa KSAANI le Lundi 14 Décembre 2020

Le grand chercheur et inventeur marocain a développé de nouvelles méthodes de recharge rapide aussi bien pour les smartphones que pour les voitures électriques. Une autre première mondiale.



Rachid Yazami
Rachid Yazami
- C’est un exploit que vous venez, M. Rachid Yazami, de réaliser avec un groupe de chercheurs. Charger une batterie téléphonique au lithium-ion de 0% à 100% en seulement six minutes. Comment avez-vous réussi à enregistrer ce nouveau record mondial ?
- Un record mondial, oui et non. Peut-être qu’ailleurs des personnes vont prétendre que ça ne l’est pas. Ce n’est pas enregistré dans le Livre Guinness des records. En revanche, c’est une première mondiale. Je tiens à clarifier que je n’ai pas fabriqué des batteries qui se chargent très vite. J’ai développé une nouvelle méthode pour recharger des batteries qui sont déjà commercialisées, dans un laps de temps plus court, tout en gardant leur sécurité et leur durée de vie.

- Comment êtes-vous parvenu à ces résultats inouis ?
-Des fois, il faut revenir à la partie fondamentale des batteries pour s’inspirer. Si on comprend bien les mécanismes par lesquels on arrive à stocker l’énergie dans une batterie, qui repose essentiellement sur des réactions dites électro-chimiques, on peut modifier la manière de les recharger. Jusqu’à présent, depuis que les batteries ont été inventées en 1800 par le scientifique italien dénommé “Volta”, les batteries ont été rechargées en appliquant un courant constant. Or, ce n’est pas la méthode la plus adaptée. On peut mesurer le courant d’une batterie en Ampères et le voltage en Volt (différence de potentiel). Si on privilégie le contrôle de la tension du courant, on peut arriver à charger la batterie dans un temps très court. C’est la modification fondamentale de ma nouvelle approche, où le voltage est privilégié par rapport au courant, au moment où tout le monde, y compris Tesla, privilégie le courant. Il y a deux catégories de batteries. Celles à haute énergie, qu’on arrive à charger en moins de 20 minutes, et celles à haute puissance, qu’on peut charger en moins de 6 minutes. Ces deux catégories peuvent être utilisées dans les voitures électriques.

- Sur le marché, aucune voiture électrique ne peut se charger en moins de six minutes ?
- Cela n’existe pas. Si vous posez la question au n°1 mondial des batteries des téléphones portables, il affirme qu’il n’arrive pas à charger en moins de 90 minutes. Les producteurs des voitures électriques, y compris Tesla, n’arrivent pas à charger leurs voitures en moins d’une heure. Aujourd’hui, le « state of the art », que ce soit pour les voitures électriques ou les téléphones portables, est au moins une heure et demie.

- Qui dit haute puissance, dit températures élevées lors de la charge. Est-ce le cas dans votre nouvelle méthode ?
- Si on charge une batterie à haute puissance avec la méthode classique, celle qui privilégie le courant, la température va monter très fort. Mais notre méthode, dite adaptée, et dans laquelle on contrôle la tension au lieu du courant, la température ne dépasse jamais 50°, même si on charge en 6 minutes. Qu’on charge en 16 ou 20 minutes, la température ne dépasse jamais ce degré.

- Les prix d’achat seront-ils impactés ?
- Normalement, pas du tout. Encore une fois, je n’ai pas inventé une batterie, mais plutôt une méthode de sa charge. Les batteries qui existent actuellement restent les mêmes. Normalement, le nouveau chargeur ne sera pas plus cher que les chargeurs actuels. C’est la méthode de charge qui est différente. En branchant le câble USB au téléphone, on passera de 0% à 100% en six minutes si on possède des batteries de puissance, et en moins de 20 minutes en cas de batterie d’énergie. La méthode de charge est basée sur un logiciel que nous avons développé.

Recueillis par Safaa KSAANI
batterie_en_moins_de_6_minutes_rachid_yazami.mp3 Batterie en moins de 6 minutes-Rachid YAZAMI.mp3  (2.22 Mo)


Université Privée de Fès

Un centre d’excellence pour les batteries, bientôt en place
Un projet de création d’un centre d’excellence pour les batteries à l’Université Privée de Fès (UPF) est en cours de réalisation et devrait être inauguré en 2021. “J’espère que la pandémie du nouveau Coronavirus sera derrière nous en 2021. Les travaux de construction du centre d’excellence sur les batteries sont en cours. Il faudra ensuite l’équiper avec de la technologie moderne et des équipements qui permettent de faire de la recherche scientifique et recruter des enseignants-chercheurs spécialisés en batteries”, nous affirme M. Rachid Yazami.

A ce projet prometteur, les moyens financiers alloués déterminent la capacité d’accueil. “J’essaye de fédérer des organismes privés et publics pour nous soutenir dans ce projet, qui va d’abord permettre au Maroc d’être reconnu mondialement dans le domaine de l’énergie propre, en particulier celui des batteries. L’autre objectif est de faire en sorte que la ville de Fès, qui a perdu de son aura scientifique, retrouve son prestige dans le domaine des sciences”, nous explique le Professeur, natif de Fès.

Pour rappel, en octobre 2019, l’UPF recevait le Pr Rachid Yazami dans le cadre de la conférence inaugurale. Afin de consolider son statut d’université de recherche et d’innovation résolument tournée vers l’avenir et ouverte sur le monde, l’UPF a tissé des liens de collaboration très étroits avec le Pr Rachid Yazami. Sur proposition du Professeur, la mise en place du Centre d’Excellence sur les Batteries, au sein de l’Université Privée de Fès, s’est avérée pertinente et prometteuse.
 
S. K. 

Repères

Le projet sera-t-il étudié par le ministère de l’Industrie ?
Prenant part à un webinaire organisé par l’institut CDG, le 13 octobre dernier, le Pr Rachid Yazami a affirmé avoir inventé un procédé qui permet de recharger une batterie de voiture électrique en moins de 20 minutes. Le chercheur franco-marocain dit attendre que le Maroc se manifeste pour l’exploitation de cette technologie, n’hésitant pas à fixer un délai (fin 2020) au-delà duquel, faute d’une réaction de la part des autorités, il sera obligé d’accorder les droits à d’autres pays. Le ministère de l’Industrie aurait, selon des sources médiatiques, assuré n’avoir jamais été contacté par le chercheur ni reçu un quelconque prototype de son invention en question. En revanche, une autre source «autorisée» au même ministère de l’Industrie aurait confié que «le ministère a pris contact avec le Pr Rachid Yazami afin de s’informer plus en détail sur son projet», selon le même support.
Tesla dévoile une batterie plus puissante et moitié moins chère
A l’occasion de son Battery Day, l’événement annuel au cours duquel il présente ses dernières innovations, Tesla a dévoilé une nouvelle génération de cellule lithium-ion 4680 (46 mm de diamètre pour 80 mm de hauteur) qui promet des progrès significatifs en termes de performances et de coût de production par rapport à la génération actuelle 2170. La chimie de base de la cellule 4680 est toujours du lithiumion, mais les ingénieurs de Tesla sont parvenus à supprimer les languettes qui servent de points de connexion positifs et négatifs entre l’anode et la cathode et le boîtier de la batterie. Ce changement, présenté comme une avancée majeure, va sensiblement raccourcir le processus de fabrication en supprimant une étape très chronophage lors de l’insertion des languettes, ce qui se traduira par une réduction du coût.