Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Une touche marocaine dans le plus grand télescope marin du monde


Rédigé par Achraf EL OUAD le Mercredi 10 Novembre 2021

Des chercheurs marocains sont impliqués dans le développement de programmes d'information avancés pour analyser les données éventuelles enregistrées par le télescope dans les grands fonds de la méditerranée.



Une touche marocaine dans le plus grand télescope marin du monde
Le Maroc est le seul pays arabe et africain qui participe au processus de construction du plus grand télescope marin du monde connu sous le nom de « KM3Net » ou le projet « Next Generation of Neutrino Telescopes ». En fait, des scientifiques et experts marocains de l'Université Mohammed V de Rabat et de l'Université Mohamed I de Oujda participent au développement du projet aux côtés de scientifiques espagnols, italiens, français et grecs.

La faculté des sciences de Rabat a créé un dispositif spécialisé dans la fabrication d'unités optiques numériques pour le télescope, tandis que la faculté des sciences de Oujda a lancé une unité spécialisée dans la fabrication de télescopes électro-optiques. Le projet de recherche a pour objectif de développer les sciences fondamentales dans divers domaines et d'amener le public à découvrir les dernières technologies.

Une fois terminé, le télescope sera placé dans les grands fonds de la Méditerranée pour examiner les sources d'énergie et étudier les propriétés fondamentales des neutrinos. « Le télescope est toujours en construction, il a jusqu'à présent été équipé de quelques unités et devrait être prêt d'ici la fin de 2025 », a déclaré Yahya Tayalati, enseignant-chercheur à l'Université Mohammed V et coordinateur du projet KM3Net au Maroc.

En guise de soutien pour ce projet, le ministère marocain de l'Enseignement supérieur a consacré une enveloppe de 2 millions de dirhams et les universités participantes ont également contribué au projet en fournissant un soutien financier et logistique.

En effet, la participation du Maroc à la fabrication du télescope est une opportunité unique car elle ouvrira les portes à plusieurs autres projets scientifiques dans le pays en incitant les chercheurs marocains à s’impliquer davantage dans le développement de programmes d'information avancés pour analyser les données enregistrées par l'appareil.

Dans ce contexte, Tayalati, couronné par le prestigieux prix Mustafa 2021, la plus haute distinction scientifique et technologique décernée aux chercheurs et scientifiques du monde islamique, a noté que la participation du Maroc est importante car elle « assure une expérience académique de haute qualité de jeunes chercheurs marocains visant à apporter une technologie et une expertise de pointe au pays ».
 
Le plus grand projet de recherche marine au monde
 
KM3Net est un projet d'infrastructure de recherche qui abrite la prochaine génération de télescopes à neutrinos. Il consiste en un vaste réseau de télescopes marins spécialisés dans la surveillance des particules de neutrinos à plusieurs endroits et en utilisant des dispositifs de mise à l'heure, ainsi qu'une gamme de dispositifs électroniques avancés.

Ces télescopes sont construits pour détecter des volumes compris entre des mégatonnes et plusieurs kilomètres cubes d'eau de mer claire. Les scientifiques de KM3Net se sont engagés à rechercher les neutrinos provenant de sources astrophysiques lointaines telles que les supernovas, les sursauts gamma ou les étoiles en collision.

Le projet est apparu pour la première fois sur la feuille de route du Forum sur la stratégie européenne pour les infrastructures de recherche de 2006 et est officiellement devenu l'un des projets prioritaires de l'Europe en 2009.

« Ce dispositif unique ouvrira une nouvelle porte sur l'univers, cherchant à détecter la très faible lumière des réactions atmosphériques et cosmiques des neutrinos dans l'eau, et nous cherchons à étudier les caractéristiques de ces détails à travers leurs oscillations pour mesurer la hiérarchie des masses », a souligné le chercheur principal Yahya Tayalati.

En fait, ce projet vise à promouvoir la culture scientifique de la physique fondamentale et à plonger dans les profondeurs de la compréhension des phénomènes naturels cosmiques de haute énergie. La recherche vise à permettre aux scientifiques de trouver des réponses des questions en suspens jusqu'à présent, telles que l'origine du faisceau cosmique.

La prochaine génération de télescopes à neutrinos est l'un des plus grands programmes de recherche scientifique où une gamme de disciplines telles que l'électronique, l'électrodynamique et la communication par fibre optique se chevauchent dans la fabrication des télescopes.

  


Dans la même rubrique :
< >