L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Tunisie : Appel à boycotter les élections du 17 décembre


Rédigé par L'Opinion Mardi 8 Novembre 2022

Le Front tunisien du salut a appelé à des élections équitables pour remplacer le président Kais Saied, tandis qu’un autre parti politique a déposé une plainte judiciaire pour faire suspendre les élections législatives prévues le 17 décembre prochain.



Tunisie : Appel à boycotter les élections du 17 décembre
Un membre du Front de salut national tunisien, l’avocat Samir Dilou, a déclaré que «le Front veut mettre une alternative à Kais Saied, qui sera déterminée par l’élite tunisienne lors d’élections justes et authentiques et non lors des élections du 17 décembre». Dans une interview accordée à une station de radio locale, Dilou a souligné l’adhésion de la faction à la poursuite sans limite de sa «lutte pacifique» contre le régime du président Kais Saied.

Le membre du front a dénoncé la «gestion individuelle suivie par Kais Saied», estimant qu’il n’est plus possible de tenir un dialogue dans lequel Kais Saied fait partie, «Kais Saied est actuellement au pouvoir dans le présent, mais il fait actuellement partie du passé avec le report de la mise en oeuvre».

Dans le même contexte, le Parti constitutionnel libre a annoncé qu’il déposerait un recours en urgence devant le Tribunal de première instance pour bloquer les élections du 17 décembre. Le parti a déclaré dans un communiqué qu’il «exige la suspension du processus électoral après qu’il a été prouvé que la commission électorale n’a reçu aucune candidature dans 7 des 161 circonscriptions».

Le communiqué ajoute que le fait de «mener un processus électoral sans recueillir des candidatures dans toutes les circonscriptions est un précédent dangereux qui confirme le manque d’implication 2,5 milliards de dollars de Ryad pour un Appel pour le débarquement en Europe «Moyen-Orient vert» des personnes encore en mer Les milliards de la COP27 des citoyens dans celui-ci».

De nombreux Tunisiens ne se considèrent pas concernés

Le parti a précisé que la vacance de certaines circonscriptions électorales «entraînera un parlement imparfait, désordonné et incompatible même avec le décret illégitime révisé de la loi électorale sur laquelle ces élections ont été fondées». Le 2 novembre, le chef de l’Instance supérieure indépendante pour les élections en Tunisie, Farouk Bouaskar, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’»aucune candidature n’a été enregistrée dans 7 circonscriptions à l’étranger, et des élections partielles seront organisées dans ces circonscriptions après la fin des élections du 17 décembre».

Dans le même ordre d’idées, l’Observatoire Shahid s’attend à une grande réticence des citoyens à participer aux prochaines élections législatives. Le directeur exécutif de l’Observatoire Shahid, Nasser Al-Hrabi, a déclaré lors d’une interview à la radio, qu’il existe des doutes quant à la poursuite ou non du processus électoral, faisant référence au boycott prôné par de nombreux partis. Et d’expliquer que «de nombreux Tunisiens ne se considèrent pas concernés par les élections législatives, en particulier la société civile, qui travaille depuis 2011 pour impliquer les jeunes».

La Tunisie se prépare à organiser des élections législatives approuvées par le président Saïd selon un décret présidentiel qui a précédé le changement de la constitution du pays, pour que la Tunisie entre dans la phase d’un nouveau système politique après le coup d’État de juillet 2021.


 



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2023 - 15:06 Syrie : L'ONU tire la sonnette d’alarme

Jeudi 26 Janvier 2023 - 10:40 Guerre en Ukraine : Kiev obtient enfin ses chars







🔴 Top News