Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Transparency Maroc : L’affaire de la Samir incarne la mauvaise gouvernance et les « pratiques mafieuses »


Rédigé par Kawtar Chaat le Jeudi 7 Octobre 2021

Une étude récente publiée par l'association Transparency Maroc indique que l'affaire de la Samir regroupe toutes les « pratiques de mauvaise gouvernance », allant du népotisme, du clientélisme, des conflits d'intérêts et de la confusion des intérêts politiques et économiques, aux pratiques mafieuses et aux actes criminels.



Transparency Maroc : L’affaire de la Samir incarne la mauvaise gouvernance et les « pratiques mafieuses »
Dans son étude intitulée « La corruption systémique comme facteur et indicateur de mauvais développement », Transparency Maroc indique que la liquidation judiciaire prononcée à l'encontre de l'entreprise en 2016 est une suite logique aux mauvaises pratiques ayant entraîné la perte d'une entreprise industrielle stratégique et de l'expérience accumulée par ses employés.
 
Selon l’association, le passage de la société au stade de la liquidation judiciaire a ouvert la voie à une situation de rente qui se profile dans le monopole d'hydrocarbures par quelques distributeurs « au détriment de l'intérêt national ».
 
Auparavant, Samir appartenait à l'État, mais en 1996, il a été privatisé au profit du Coral International Group, détenu par l'homme d'affaires saoudien Mohammed Al-Amoudi, rappelle l’étude.
 
Entre 2014 et 2015, la seule raffinerie de pétrole du Maroc a subi d'énormes dégâts après la chute des prix du pétrole. La raffinerie a accumulé des dettes envers les banques et les négociants en pétrole en plus de 13 milliards de dirhams d'impôts impayés au gouvernement marocain. La dette totale de la société a été estimée à 44 milliards de dirhams.
 
En mars 2016, une décision de justice a placé la société en liquidation. La décision a été confirmée trois mois plus tard par la cour d'appel de Casablanca.
 
La liquidation de l'entreprise s'est heurtée à un millier d'employés, dont beaucoup ont exprimé des inquiétudes quant à leur avenir. Les employeurs avaient organisé des manifestations pour demander une reprise de l'activité dans la raffinerie.
 
Les experts de l'étude ont estimé que le montage financier promis par la société pour l'investissement était fictif, basé sur des prêts de banques et de diverses institutions marocaines, de sorte que la Samir a commencé à se noyer dans les dettes et la mauvaise gouvernance. Ils ont également indiqué que les responsables de la société ont adopté un comportement de népotisme, de privilèges et de corruption.
 
L'étude de Transparency Maroc précise que les dix dernières années de l'activité de la Samir avant sa faillite en 2015 ont été caractérisées par un montage trompeur entrecoupé de pratiques mafieuses et d'actes criminels qui ont conduit à une accumulation des dettes « avec l'aval des commissaires aux comptes ».