Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Tout est sous contrôle ? Covid-19, le Qatar et une coupe du monde pas comme les autres


Rédigé par RACHID MADANI le Jeudi 18 Février 2021



Imaginez une foule de football: se bousculer, pousser, courir, marcher, parler, crier, chanter. Pas de masques. Pas de distanciation sociale. C'est le mirage dans le désert qui devrait être la Coupe du Monde de la FIFA 2022: un monde, et une Coupe du monde, sans Covid.
Alors que le compte à rebours avance vers la finale en novembre et décembre 2022, ce mirage risque de devenir de plus en plus une illusion d'optique sociale et sportive. Il y a un an, les politiciens et les dirigeants sportifs ont exprimé l'espoir rassurant que, désormais, la pandémie appartiendrait déjà à l'Histoire. Au lieu de cela, même les nations qui se sont vantées autrefois de maîtriser rapidement la contagion sont à nouveau doublées dans le verrouillage.                                 
 
                                      Rien n’est garanti
 
Thomas Bach, président du Comité International Olympique, parle avec confiance de la tenue des Jeux de Tokyo. Mais la leçon des 12 derniers mois est que rien n'est garanti dans un monde qui se débat contre ce tueur invisible. La FIFA et son président Gianni Infantino espèrent que le pire sera passé lorsque 32 équipes nationales se rendront au Qatar. Il était une fois leur Coupe du monde qatari paraissait aussi lointaine qu'une lune de football; maintenant, ce n’est «que» en novembre et décembre de l’année prochaine.                                                                                    
 
                                           Pas de temps
 
 Pas de temps du tout. Les jours, semaines et mois sportifs filent de plus en plus vite. En termes de compétition d'élite, la fin de 2022 équivaut au coin de la rue. Les qualifications parmi les 211 associations membres de la FIFA ont commencé en juin 2019, mais ont été serrées par l'interruption de quatre mois imposée par la pandémie au printemps dernier. Les accords de diffusion et les contrats de parrainage de base ont depuis longtemps été signés et scellés. Cette semaine, les packages d'hospitalité haut de gamme ont été mis en vente avec un objectif de revenus de 260 millions de dollars.
 
                                                 Pire scénario
 
Alors, alors que la FIFA envisage une Coupe du monde «normale» - qui a pensé appliquer un tel terme à une étape hivernale unique au Moyen-Orient? - le pays hôte et l'organe directeur ont été obligés d'élaborer des plans stratégiques pour le pire des cas. C'est le scénario dans lequel le coronavirus et une multiplicité de variantes continuent de traquer les espaces publics. Au moins, le Qatar possède maintenant une expérience inégalée du défi après son organisation centralisée très appréciée de divers tournois asiatiques. Un guide en temps réel de l'éventualité ultime est le plan du protocole de santé activé cette semaine pour la Coupe du monde des clubs.
 
                                    Interdit aux  fans internationaux
 
Seuls les résidents du Qatar, les citoyens du Conseil de coopération du Golfe et ceux qui ont un permis d'entrée exceptionnel peuvent entrer dans le pays. Les supporters internationaux de l'étranger sont interdits et les restrictions imposées aux supporters locaux sont presque prohibitives. Ils doivent avoir été infectés par Covid-19 pas plus de quatre mois avant le tournoi; ou avoir reçu la vaccination complète contre Covid-19 au moins une semaine avant l'événement ou avoir subi un test d'antigène rapide ou un test PCR négatif pas plus de 72 heures avant le match prévu.
 
                                         Protocoles
 
 Même dans ce cas, les stades ne peuvent fonctionner qu'à une capacité maximale de 30% de ventilateurs qui doivent effectuer un contrôle de température à l'arrivée, fournir un statut de suivi et de traçabilité, porter un masque et entreprendre une distanciation physique. De même, tous les journalistes ont besoin d'une preuve d'un test Covid-19 négatif. Toutes les équipes sont enfermées dans leur propre bulle entre le départ de chez eux et, finalement, le départ du Qatar. Les sites du tournoi seront régulièrement désinfectés et une armée de personnel médical qualifié sera présente, opérant dans des cliniques dédiées sur place. Une Coupe du Monde de la FIFA complète sous de tels contrôles aurait été autrefois inimaginable. Pas plus.
 
 
                                      Coupe du monde Covid-19
 
 Dans le passé, des tournois d'échauffement tels que la Coupe du Monde des Clubs et la Coupe des Confédérations, aujourd'hui disparue, concernaient la sécurité, la logistique, la fourniture de billets, les mises à niveau des aéroports et des hébergements. C'était une tâche gigantesque d'un million de dollars. Maintenant, une couverture anti-Covid doit être jetée sur tout cela avec le personnel supplémentaire, la formation et les dépenses associées. La FIFA a la chance, si tel est le mot, que son événement phare soit encore dans 20 mois. Cette année, le CIO avec ses Jeux Olympiques, l'UEFA avec son Championnat d'Europe et la CONMEBOL avec sa Copa America n'ont pas ce luxe comparatif. La FIFA étudiera la mise en scène contrôlée par la pandémie de ces événements tout en espérant que le monde changera la situation pour le mieux.