Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Tests salivaires : Les pharmaciens ne lâchent pas prise et organisent la contre-attaque


Rédigé par S. A. le Lundi 9 Août 2021

Une vague de colère a déferlé sur le Net suite à l’annonce par le ministère de la Santé du retrait des tests salivaires des pharmacies marocaines. Les pharmaciens préparent une riposte à la décision de la tutelle.



La question de la disponibilité des tests salivaires continue de déchaîner les passions. L’annonce par le ministère de la Santé du retrait de ses tests, privilégiant de facto les tests PCR à cette alternative, a suscité un tollé sur le Net. Pour les internautes, le constat est clair : la tutelle a cédé aux lobbys des laboratoires médicaux qui, grâce à cette décision, se retrouvent en situation de monopole. Les pharmaciens, de leur côté, s’activent pour trouver une parade à la décision du ministère.

C’est ainsi que la Confédération des Syndicats des Pharmaciens du Maroc (CSPM) a rappelé, dans un communiqué, que la décision de retrait des tests salivaires « ne concerne que la marque Gigalab COVID 19 AG gold salive, et uniquement le lot portant le numéro 2101S5701-01/2023. Ainsi, toute autre marque ou lot ne sont pas concernés par cette procédure de retrait ». La nature ayant horreur du vide.

Les sites marchands ont enregistré lors des dernières 48 heures la prolifération d’annonces de ventes de tests salivaires, pour la majorité de la même série que ceux interdits de vente en pharmacie. Des tests qui sont proposés au double du prix pratiqué par les pharmaciens, soit 200 DH au lieu de 100 DH. Une situation qui a dû pousser le CSPM à publier son communiqué. Pour l’heure, le ministère n’a toujours pas réagi à la sortie des pharmaciens.

Pour rappel, le retrait des tests salivaires est une question principalement procédurale, l’autorisation de commercialisation ferait encore l’objet d’examens au niveau de la tutelle. Il n’empêche qu’à en croire une source bien informée, le laboratoire qui commercialise les tests rapides, ciblés par la décision de retrait, se serait vu accorder un certificat d’enregistrement datant du 3 juin 2021 par les autorités sanitaires.

Un document qui, selon des sources au sein du ministère, n’autorise pas la commercialisation du produit. « Le produit est enregistré sous un numéro, mais n’a pas encore été autorisé à être commercialisé, puisqu’il faut définir le circuit de vente de ce produit afin de garantir que les cas positifs au Covid seront pris immédiatement en charge par le test PCR ».

Ce qui est sûr, c’est que le syndicat des laboratoires est bel et bien derrière cette décision de la tutelle. Comme nous l’avions déjà évoqué, la corporation des biologistes avait adressé une correspondance à la Direction du Médicament et de la Pharmacie où elle dénonce la vente de tests salivaires dans les pharmacies.

« Les tests rapides salivaires Covid- 19 ne sont pas autorisés dans le privé, où tout examen réalisé dans le cadre du Covid est soumis à une autorisation ministérielle préalable, à la base d’un cahier des charges avec la RT-PCR comme seul examen autorisé », lit-on dans la lettre. Pour les laborantins, le constat est clair : seul le PCR peut être adopté comme moyen de dépistage.
S. A.

  


Dans la même rubrique :
< >