Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Terrorisme : Une nouvelle cellule démantelée à Sidi Al-Zouine


Rédigé par Chaimae Barki le Mardi 22 Juin 2021

Le Bureau Central d'Investigations Judiciaires (BCIJ), relevant de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), a démantelé, ce mardi matin 22 Juin, une cellule terroriste active dans les environs de Marrakech.



Dans un communiqué, le BCIJ relève que l'intervention sécuritaire menée par la Force spéciale, relevant du Groupe d'intervention rapide, a permis d'interpeller quatre extrémistes aux liens présumés avec Daech, âgés entre 22 et 28 ans, dont un ayant des liens familiaux avec un combattant dans les rangs de cette organisation terroriste. 

Le communiqué a ajouté que les suspects sont actifs, dans la commune Sidi Al-Zouine, dans la région de Marrakech-Safi.

La même source a souligné que les recherches et les enquêtes préliminaires ont montré que les quatre suspects, qui ont prêté allégeance à l'actuel émir de Daech, prévoyaient de mener des opérations terroristes extrêmement dangereuses à l'intérieur du Royaume, visant des installations vitales, des quartiers généraux de sécurité et des casernes militaires, afin de servir l'agenda de cette organisation terroriste.
 
 


 
Selon les premiers éléments de l'enquête, les membres de cette cellule terroriste ont atteint un stade avancé de préparation avant la mise en œuvre de leurs projets macabres. Ils étaient en possession d’armes blanches de différentes tailles et de produits chimiques devant être utilisés dans la préparation d'engins explosifs, soit cinquante kilogrammes de nitrate d'ammonium, trois kilogrammes de "sulfate de potassium", quatre bidons contenant des substances toxiques, trois sacs de 800 grammes contenant des poudres chimiques suspectes, ainsi que des fils électriques et une balance , ajoute la même source. 

Les enquêtes et investigations ont également révélé que la cellule chercher à radicaliser des jeunes et des mineurs de la région, afin de les enrôler et de leur enseigner les fondements de la pensée extrémiste selon la méthode des "lionceaux de la Khilafa" adoptée par l’organisation de Daech.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue pour approfondir l’enquête menée sous la supervision du parquet en charge des affaires terroristes, en vue d'élucider l'ensemble de leurs projets terroristes et d'identifier les éventuels liens et ramifications de cette cellule, qui montre encore une fois la recrudescence des menaces terroristes qui guettent le Royaume, conclut le communiqué.