Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Tamesna : L'Institut national de formation des formateurs et des tuteurs ouvrira bientôt ses portes


Rédigé par La rédaction avec MAP le Vendredi 18 Septembre 2020

L'Institut national de formation des formateurs et des tuteurs ouvrira bientôt ses portes dans la ville de Tamesna, relevant de la région de Rabat-Salé-Kénitra.



Saaid Amzazi visite les Travaux de construction de l'Institut national de formation des formateurs et de des tuteurs à Tamesna.
Saaid Amzazi visite les Travaux de construction de l'Institut national de formation des formateurs et de des tuteurs à Tamesna.
La création de l'Institut national de formation des formateurs et des tuteurs a pour objectif de doter le dispositif de la formation professionnelle d’une institution nationale spécialisée dans le renforcement du professionnalisme du personnel d’encadrement pédagogique et administratif (formateurs, tuteurs, directeurs…) ainsi que la recherche et développement en ingénierie de la formation.
 
Il assurera, également, l’organisation et la valorisation des métiers de la formation, à travers la formation pédagogique initiale, la formation continue et la certification des compétences du personnel d’encadrement pédagogique et administratif.

Cette structure a la capacité d’accueillir quelque 200 formateurs, en plus d’une salle de séminaire, des installations informatiques et des salles multimédias. La durée de construction de cet institut est de 18 mois, pour une enveloppe budgétaire de 70 millions de dirhams, selon la tutelle.
 
L’établissement assurera annuellement la formation pédagogique initiale de 350 formateurs et la formation continue au profit de 2.200 cadres pédagogiques et administratifs comprenant des directeurs d’établissements, directeurs pédagogiques, formateurs et tuteurs relevant des différents opérateurs publics et privés.
 
L’institut fonctionnera selon un système de gestion délégué, sous la tutelle du ministère, avec une large autonomie à l’aide d’un conseil de gestion de l’institut, du comité d’organisation et du comité technique.