Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Tadla-Azilal : Les greniers d’Aoujgal, un patrimoine culturel sous-exploité


Rédigé par Mohamed LOKHNATI le Mercredi 27 Janvier 2021

Les Greniers d’Aoujgal sont de petites bâtisses de pierre sèche et de pisé construites sur la rive, surplombant l’Oued Attach et donnant sur un grand vide...



Tadla-Azilal : Les greniers d’Aoujgal, un patrimoine culturel sous-exploité
Édifiés au milieu d’une falaise escarpée quasi inaccessible, sur une vire marneuse entre deux barres calcaires massives de la formation des Ait Abdi, datée de l’AalénienBajocien, les greniers d’Aoujgal sont construits selon un axe long de 400 mètres. L’accès se fait par un escalier en bois et pierres long de 700 mètres. Il s’agit d’un unique et exceptionnel chargé d’histoire renvoyant au mode de vie des populations locales amazigh, indique une source proche de la délégation régionale de la Culture.

Trois types de greniers existent au niveau de la région, explique la même source. 

Il s’agit des greniers perchés sur des rochers ou des falaises comme ceux d’Aoujgal et Oulous, d’autres sous forme de Ksour (greniers de Zaouit Ahansal, Anargui et Magdaz) et des greniers souterrains (des matfiya), ajoutant que ces constructions témoignent du mode vie des tribus de l’époque, fondé sur le nomadisme pastoral. Lieux de solidarité, de militantisme et de cohésion sociale, les greniers collectifs, qui constituent une adaptation remarquable aux défis d’une nature contraignante et une réponse parfaite aux conditions climatiques de la région de par la fraîcheur qui règne au sein de ces constructions, ont, en effet, fait l’objet d’une série de recherches en master, menées par des étudiants à l’université du Sultan Moulay Slimane à Béni Mellal, précise Abdellah L, guide habitant la région de Tadlaoui Azilal.

Et d’ajouter: Ces greniers renvoient à une tradition sociale et urbanistique séculaire appelée “Agadir” ou “Ighrem”. Chaque famille dispose d’un entrepôt ou d’un grenier au sein de l’Agadir, contribue à sa gestion, à son entretien et à sa gestion collective. L’Agadir était placé sous la surveillance d’un portier-gardien...

Cependant, cette richesse demeure sous-exploitée, ont souligné de nombreux observateurs et spécialistes, notant que plusieurs bâtisses et constructions nécessitent la classification et la réalisation d’études archéologiques pour les valoriser et les préserver et ce, à travers des partenariats visant à les réhabiliter et mettre en relief leur valeur civilisationnelle. Ils ont, en outre, appelé à la restauration de plusieurs monuments à l’échelle régionale, qui constituent un patrimoine collectif, eu égard à leur rapport avec la mémoire collective et un miroir qui reflète la diversité culturelle, la vie sociale et l’authenticité des traditions et du mode de vie des habitants de la région...

Mohamed LOKHNATI

  


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Février 2021 - 14:14 Settat / INDH : Projets générateurs de revenus