L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Statut unifié des enseignants : Benmoussa fait le point après l’adoption du décret


Rédigé par Malak EL ALAMI Mercredi 27 Septembre 2023

Un nouveau chapitre s’ouvre dans la réforme éducative au Maroc. En effet, le Conseil du gouvernement vient d’approuver le projet de décret 2.23.819, relatif au Statut unifié des fonctionnaires du département de l'Education nationale, présenté par Chakib Benmoussa, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement préscolaire, de la Jeunesse et des Sports. Le responsable n’a pas manqué, à cette occasion historique, de faire le point sur ce nouveau cadre référentiel, tant attendu.



Restaurer la confiance dans l’école marocaine 

Pour Benmoussa, le nouveau Statut unifié se veut une étape cruciale sur la voie de la réforme éducative, l’objectif global étant de rétablir la confiance dans l’école marocaine. Lors du point de presse, tenu à l’issue du conseil de gouvernement, mercredi 27 septembre, le responsable gouvernemental a tracé les grandes lignes de ce texte, qui place les fonctionnaires de l’éducation nationale au cœur de ses priorités. 

Le ministre a rappelé, dans ce sens, que le nouveau cadre ne porte en aucune manière préjudice aux intérêts des enseignants. Bien au contraire, dit-il, le Statut unifié des enseignants, comme son nom l’indique, vise l’unification de tous les fonctionnaires, qu'ils soient cadres ou enseignants, tout en leur garantissant les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Ainsi, le nouveau Statut promeut les principes de l'unification, de la motivation, de l'engagement, de la responsabilité et de la performance. Le projet de décret soutient, à cet effet, les réformes éducatives prévues dans le Plan (2022-2026), en particulier en ce qui concerne la gestion de carrière pour améliorer la performance éducative. Dans ce sillage, Benmoussa s’est arrêté sur les mécanismes d’incitation, notamment au moyen de « grade d’excellence » dont les deux tiers des fonctionnaires de l’éducation peuvent désormais bénéficier. Il s’agit, en l’occurrence, des catégories dont la promotion était limitée à l’échelle 11 et qui ont 15 à 20 ans de carrière.

« En passant de l’échelle 11 au grade de l’excellence, les bénéficiaires se verront attribuer une augmentation salariale de 5 000 DH brut, soit près de 2 700 DH nets. Ce dispositif profitera à 80 000 enseignants d'ici 2027 et, en sus, 4 000 enseignants bénéficiaires qui sont sur le point de départ à la retraite cette année », a détaillé Benmoussa.

De même, le nouveau Statut soutient le système d’incitation, en octroyant des bonus annuels de 10 000 DH aux équipes pédagogiques des établissements portant le label d’« établissement d’excellence ». Ce label se veut ainsi une nouvelle manière de reconnaître l’excellente performance de ces écoles. « Jusqu’à présent, environ 630 institutions se verront labellisées cette année, et l'objectif est de labelliser 2 000 établissements chaque année », s’est réjoui le ministre. Ainsi, « d’autres allocations allant de 600 à 1 300 DH seront versées aux autres catégories citées dans l’accord du 14 janvier », a indiqué Benmoussa.

S’agissant des enseignants contractuels, le ministre a rappelé que ces fonctionnaires, au nombre de 140 000, seront titularisés, et certains d’entre eux peuvent désormais bénéficier de promotion.

En outre, Chakib Benmoussa a affirmé que « la formule de recrutement régional est toujours en vigueur et fait partie du nouveau Statut », avant de souligner que « c’est l'orientation de l'État, mais avec les mêmes droits et devoirs, où les salaires seront versés par la Trésorerie Générale du Royaume ».
 
Coût budgétaire

Qualifié d’investissement « exceptionnel », la mise en œuvre du nouveau Statut impliquera un coût total de 9 milliards de dirhams sur une période de quatre ans, a précisé le ministre de tutelle. Cette enveloppe augmentera chaque année de 2,5 milliards de dirhams, a soutenu le responsable.

Cependant, il a fait remarquer que « ce montant ne couvrirait pas les augmentations salariales annuelles habituelles, qui représentent entre 2 et 3 % du coût total des salaires dans le secteur de l'éducation ».









🔴 Top News