L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Sport

Spécial coupe du monde / 1934 et 1938 : deux Coupes du monde sous haute pression politique


Rédigé par Mostafa YASSINE le Samedi 12 Novembre 2022



A quelques jours du coup d’envoi de la 22ème édition de la Coupe du monde de football, Qatar 2022, « L’Opinion Sports » a l’immense plaisir de vous remettre dans le bain en vous replongeant dans des souvenirs qui font le charme et la popularité du football.

La période de l’entre-deux-guerres (1918-1939) a été caractérisée en Europe par la montée des partis nationalistes de l’extrême droite. Les compétitions sportives internationales se sont avérées un excellent outil de propagande. C’est ainsi que l’Italie fasciste s’est accaparée de l’organisation de la Coupe du monde de 1934 pour redorer son image de régime politique totalitaire.

Cette deuxième édition a été marquée par une organisation plus rigoureuse de la part de la Fifa qui a forcé les équipes nationales à passer par des phases éliminatoires, y compris le pays organisateur. Trentedeux (32) équipes ont participé à ces phases éliminatoires pour ne retenir que seize (16) équipes qui ont fait le déplacement en Italie. Parmi ces seize équipes, on trouve 12 du continent européen et 4 du reste du monde.

L’Uruguay, tenant du titre, refusa de défendre son titre et y était le grand absent. L’Italie de Mussolini a fait un effort considérable pour ne pas rater cette aubaine pour faire de la propagande pour son Chef (Duce). Elle a construit ou rénové huit stades où se sont déroulés les matchs de cette édition du 27 mai au 10 juin 1934. Cette compétition se déroule totalement en matchs à élimination directe.

En cas d’égalité à la fin du temps réglementaire, une prolongation de 2x15 minutes est jouée. Si les deux équipes sont à égalité à la fin des prolongations, le match est rejoué dès que possible (le lendemain). Cette édition a été caractérisée par une importante couverture médiatique puisque 249 journaux du monde entier ont envoyé leurs correspondants en Italie, en plus de 13 stations de radios des pays participants qui ont retransmis les matchs en direct. La finale s’était jouée à Rome entre l’Italie et la Tchécoslovaquie devant 50 000 spectateurs. Parmi eux, 3 000 tchèques ont fait le déplacement par trains spéciaux, car à cette époque la Tchécoslovaquie était considérée comme une puissance footballistique.

L’équipe d’Italie, soutenue par son public, a été menée au score et n’a pu égaliser qu’à dix minutes de la fin du match. Les prolongations ont vu les italiens inscrire le but de la victoire et la Nazionale remporte sa première Coupe du monde.

L’Italie confirme en 1938

L’organisation de la Coupe du monde est confiée en 1938 à la France et de ce fait elle reste une affaire européenne. Sur les 15 équipes engagées en phase finale, seulement deux (Brésil et Cuba) viennent en dehors du continent européen. La 16ème équipe n’était autre que l’Autriche qui a déclaré forfait car elle était annexée par l’Allemagne hitlérienne. Les phases éliminatoires ont été entachées par des irrégularités.

L’Argentine a déclaré forfait, l’Uruguay a renoncé à participer une deuxième fois, tandis que l’Espagne n’a pas été autorisée à participer par la Fifa en raison de la guerre civile qui a ravagé le pays à l’époque.

L’Angleterre continue de snober la Coupe du monde et les Etats Unis ont déclaré forfait dès les phases éliminatoires. Seule l’Italie a pu participer d’office en tant que tenante du titre. La France a réaménagé onze stades en vue de ce tournoi mondial. Le plus grand Stade est celui de Colombes qui pouvait contenir jusqu’à 64 000 places. La diffusion des matches en direct était assurée par deux radios françaises qui servaient de relais aux radios étrangères.

Au niveau sportif, la Hongrie est toujours une puissance footballistique incontournable à l’image de ses scores prolifériques (6-5) contre la Pologne, (5-0) contre la Suède qui a étrillé Cuba par 8-0. La Tchécoslovaquie confirme son statut du finaliste du dernier Mondial (1934).

Quant au Brésil, elle est la révélation avec un nouveau style de jeu et son joueur-vedette Leonidas a été consacré meilleur buteur de cette édition avec 7 buts. La finale s’était jouée le 19 juin 1938 au Stade de Colombes devant 45 000 spectateurs. Elle a opposé l’Italie à la Hongrie et les Italiens ont pu garder le trophée conquis quatre ans plus tôt grâce à leur victoire par 4 buts à 2 en faisant preuve d’un réalisme face au génie des Hongrois.

 


Coupe du monde 1950

Uruguay réussit un hold-up au Maracana
 
En 1939, le monde a été éclaboussé par la deuxième guerre mondiale qui n’a épargné aucune partie du globe, ce qui a poussé la Fifa à suspendre la Coupe du monde de football. En 1946, juste à la fin de la guerre et lors de son congrès la Fifa a décidé de reprendre la compétition en confiant l’organisation des Coupes du monde 1950 et 1954 respectivement au Brésil et à la Suisse tout en préservant le rythme quadriennal et l’alternance avec les Jeux Olympiques.

Seize équipes étaient qualifiées pour les phases finales, y compris le pays organisateur (Brésil) et le pays détenteur du trophée (Uruguay), mais après le forfait de l’Ecosse, la Turquie et l’Inde qui n’ont pas été remplacés, ce ne sont que treize (13) équipes qui prirent part à cette 4ème édition.

L’Angleterre, berceau du football, participe pour la 1ère fois, mais elle sera humiliée par le petit poucet du Tournoi qui est les Etats-Unis d’Amérique. Les équipes en lice étaient réparties en quatre groupes et le 1er de chaque groupe est qualifié. Les 4 équipes qualifiées ont été placées dans un groupe final et le 1er sera déclaré vainqueur. Le hasard a voulu que le Brésil et l’Uruguay vont s’opposer entre eux en dernier lieu.

L’Uruguay, qui a battu la Suède (3- 2) et fait match nul avec l’Espagne (2-2), avait en face d’elle un Brésil en super forme qui a étrillé la Suède par (7-1) et l’Espagne (6-1). Le 16 juillet 1950 au Stade Maracana construit pour cette Coupe du monde et qui pouvait contenir 200 000 spectateurs, le Brésil n’avait besoin que d’un nul pour s’accaparer du trophée, mais l’Uruguay avait chipé le titre au pays hôte devant 130 000 spectateurs tous acquis à l’équipe des Sambas et laissé tout un peuple en deuil.

La Céleste, pour sa 2ème participation, vient de gagner sa deuxième Coupe du monde. Mais le Brésil a conquis le monde par un nouveau style de football basé sur le spectacle et la finesse. Son joueur Ademir a gagné le titre de meilleur buteur de la coupe du monde 1950 par 7 réalisations.



Dans la même rubrique :
< >






🔴 Top News