L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



International

Soudan: La guerre entame sa troisième semaine


Rédigé par L'Opinion Dimanche 30 Avril 2023

Raids aériens et tirs nourris à Khartoum, des dizaines de milliers de personnes fuient toujours les combats acharnés et meurtriers entre l'armée et les paramilitaires. Samedi, une violation de la trêve fait entrer la guérilla dans sa troisième semaine.



Le pays est plongé dans le chaos depuis le déclenchement le 15 avril d'une lutte de pouvoir sanglante entre le chef de l'armée, Abdel Fattah al-Burhane, et son numéro deux, Mohamed Hamdane Daglo, dit "Hemedti", à la tête des redoutées Forces de soutien rapide (FSR).
Les combats ont fait au moins 528 morts et 4.599 blessés, selon le ministère de la Santé, un bilan encore très sous-estimé tant les corps qui jonchent les rues sont inaccessibles et donc impossibles à recenser.

Des dizaines de milliers de Soudanais mais aussi d'étrangers ou de réfugiés installés au Soudan ont fui vers l'Egypte, l'Ethiopie, le Tchad ou le Soudan du Sud, tandis que plusieurs capitales étrangères continuent d'évacuer des centaines de leurs ressortissants.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déploré, via la chaîne Al-Arabiya, que "la guerre pour le pouvoir se poursuive alors que le pays s'effondre".

Chaque camp accuse l’autre de violer la trêve prolongée, sous médiation internationale, jusqu'à dimanche minuit (22H00 GMT).
Les civils tentent de fuir ou de survivre barricadés sans électricité, eau, ni nourriture.
"Il y a des affrontements à l'arme lourde et à la mitrailleuse", raconte à l'AFP un habitant de Khartoum, tandis qu'un autre témoin rapporte "des explosions et des tirs" ailleurs dans la capitale.
 
Environ 70% des hôpitaux dans les zones de combats sont hors service, selon le syndicat des médecins.
 
Aucun des belligérants ne veut lâcher prise
 
Vendredi, les généraux en guerre se sont écharpés par médias interposés.
Sur la chaîne Al-Hurra, Burhane a qualifié les FSR de "milice cherchant à détruire le Soudan" avec l'aide de "mercenaires venus du Tchad, de Centrafrique et du Niger".
"Hemedti" a, lui, parlé sur la BBC de son rival comme d'un "traître" qui n'est "pas digne de confiance".

Les deux généraux avaient pourtant fait front commun lors du putsch de 2021 pour évincer les civils avec lesquels ils partageaient le pouvoir depuis la chute du dictateur Omar el-Béchir, deux ans plus tôt. Mais des divergences sont ensuite apparues et, faute d'accord sur l'intégration des FSR dans l'armée, ont dégénéré en guerre ouverte le 15 avril.

Pour l'émissaire de l'ONU au Soudan, Volker Perthes, si les tensions étaient palpables, il n'y avait "aucun signe" que les combats éclateraient le 15 avril car, a-t-il dit à Al-Jazeera, les deux généraux rivaux devaient se rencontrer pour discuter ce jour-là.

Si les armes ne se sont pas tues depuis lors, Salva Kiir, le président du Soudan du Sud -médiateur historique au Soudan - a appelé samedi les deux généraux à "un dialogue face à face constructif et concret".

Ils les a aussi exhortés à "ne pas tenter de renforcer des positions" alors que de nombreux observateurs estiment qu'aucune trêve n'a tenu parce que aucun des deux belligérants ne veut pas laisser une chance à l'autre d'avancer ou de se ménager des renforts.
 
Ryad a accueilli près de 5000 réfugiés
 
Selon l'ONU, 75.000 personnes ont été déplacées par les combats, particulièrement violents au Darfour, région déchirée par une guerre dans les années 2000.
Si la trêve n'arrête pas les combats, elle permet aux couloirs d'évacuation de rester ouverts. Un convoi organisé par les Etats-Unis a ainsi permis l'évacuation de ressortissants américains et d'autres pays vers Port-Soudan (est). Parti de là, un nouveau bateau transportant environ 1.900 évacués est arrivé en Arabie saoudite qui a accueilli jusqu'ici près de 5.000 ressortissants saoudiens et étrangers.

Le Royaume-Uni a déjà prévenu que son dernier vol d'évacuation aurait lieu samedi soir après avoir sorti plus de 1.500 personnes du Soudan.
"La fenêtre d'opportunité se referme", a regretté le Canada, disant continuer "d'évaluer différentes options, y compris par voies terrestre et maritime".

L'ONU estime que des millions de personnes supplémentaires pourraient sombrer dans la faim alors qu'un tiers des 45 millions de Soudanais en souffraient déjà, dans le pays, l'un des plus pauvres au monde.

Pillages, destructions et incendies se multiplient au Darfour-Ouest, y compris dans des camps de déplacés, rapporte Médecins sans frontières (MSF). L'ONG a dû y "arrêter la quasi-totalité de (ses) activités".

Ces derniers jours, une centaine de personnes ont été tuées dans des combats qui ont ravagé son chef-lieu El-Geneina, selon l'ONU.

"La société s'effondre, nous voyons des tribus qui essaient désormais de s'armer", a déploré Antonio Guterres.

L'armée dit s'engager dans un processus politique pour l'instauration d'un gouvernement civil

L'armée soudanaise a annoncé, samedi, son engagement dans le processus politique permettant la mise en place d'un gouvernement civil dans le pays.
C'est ce qui ressort d'un bref communiqué de l'armée soudanaise, publié sur sa page Facebook.

"Les forces armées ne serviront de levier à aucune entité, partie ou groupe pour prendre le pouvoir. Elles sont engagées dans un processus politique qui mènera à l'instauration d'une autorité civile", a souligné l'armée.

Depuis le 15 avril, le Soudan est le théâtre d'affrontements entre l'armée et les "Forces de soutien rapide" à Khartoum et dans d'autres villes. Les deux parties ont échangé des accusations selon lesquelles chacune d'elles aurait lancé une attaque contre le quartier général de l'autre, en plus d'allégations de contrôler les positions appartenant à chacune d'elles.

En 2013, les FSR ont été constituées pour soutenir les forces gouvernementales dans leur lutte contre les mouvements armés rebelles dans la région du Darfour (ouest). Ces unités paramilitaires ont par la suite assumé des missions, notamment la lutte contre la migration irrégulière aux frontières et le maintien de l’ordre, avant d’être qualifiées de "rebelles" par l’armée après le déclenchement des hostilités.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 14 Avril 2024 - 15:24 USA : Quatre procès au pénal menacent Trump







🔴 Top News