Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Situation politique en Guinée : Le CNRD dit niet à la CEDEAO


Rédigé par W. S. le Lundi 20 Septembre 2021



Situation politique en Guinée : Le CNRD dit niet à la CEDEAO
« Seul le peuple de Guinée décidera de son destin ». C’est en ces termes que le colonel Mamady Doumbouya, auteur du coup d’Etat qui a mis fin au régime d’Alpha Condé a tenu un discours franc avec plein de fermeté devant la délégation des chefs d’Etat de la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), laquelle effectuait une visite hier, vendredi 17 septembre 2021.

A la tête du Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD), le chef de la junte militaire au pouvoir a dit clairement à ses hôtes que son équipe ne va pas se plier aux exigences de l’organisation sous-régionale, parmi lesquelles la libération immédiate du président déchu, Alpha Condé, et l’organisation des élections présidentielle et législatives dans un délai de six mois.

Alpha Condé restera en Guinée dans un lieu qui sera choisi par le CNRD et la durée de la transition sera déterminée par le peuple de Guinée », a laissé entendre le président du CNRD. Cependant, il y a eu des échanges très francs et sincères entre la délégation de la CEDEAO et le Colonel Mamady Doumbouya.

D’ailleurs, la délégation a pu rencontrer l’ancien président. Elle a même remercié le président Doumbouya pour cette facilité qui leur a été accordée. Toutefois, toutes les mesures sont prises pour le respect de son intégrité physique et morale.

Pour ce qui est le retour à l’ordre constitutionnel, à travers l’organisation des élections dans un délai de 6 mois, il a été rappelé par le président de la République à ses hôtes, qu’il est important que la CEDEAO prenne en compte les aspirations du peuple de Guinée. A ce sujet, il a insisté sur le fait qu’on doit faire attention à ne pas commettre les mêmes erreurs du passé.

Rappelons que le président ivoirien, Alassane Ouattara, et celui du Ghana, Nana Akufo-Addo, conduisaient une mission de la CEDEAO en Guinée, au lendemain du sommet extraordinaire d’Accra, où des sanctions ont été prises à l’encontre des putschistes.

W. S.