Menu
L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal



Actu Maroc

Secteur du BTP : L’immobilier face à une chute de l’activité après le Ramadan


Rédigé par Siham Mdiji le Dimanche 24 Avril 2022

Malgré les mesures prises par l’Exécutif afin de sauver le secteur du BTP, la Fédération national des promoteurs immobiliers (FNPI) s’attend à un ralentissement de l’activité du secteur de plus de 50%. Détails.



La situation « inédite » que traversent les professionnels du secteur BTP ne semble pas prendre fin d’aussitôt. Cette situation, marquée par la flambée des prix des matériaux de construction, devrait se traduire par une baisse d’activité du secteur de plus de 50% après le mois de Ramadan et, ainsi, mettre en péril des centaines d’emplois et l’équilibre de toute la profession, a déploré la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI).

« Suite à la flambée des prix de presque la totalité des matériaux de construction de manière anarchique, bien au-delà de l’inflation, les promoteurs immobiliers traversent une situation inédite qui met gravement en péril les futurs acquéreurs, la préservation de plusieurs centaines de milliers d’emplois et l’équilibre de toute la profession », a-t-elle souligné dans un communiqué publié samedi 23 avril 2022.

Face à cela, la FNPI a indiqué avoir mené une série d’actions sur plusieurs fronts, prévoyant sur le plan judiciaire et institutionnel une réunion d’urgence avec la ministre de tutelle, en plus d’une plainte documentée qui sera portée au Conseil de la Concurrence ainsi qu’une demande d’enquête qui, pour sa part, sera introduite auprès du Conseil économique, social et environnemental (CESE) et auprès du Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Une série d’actions menée

Tout en évoquant une «dimension administrative et d’aide à l’acquéreur», ladite fédération a fait état d’une demande de prolongation des conventions du logement social de deux années, compte tenu de la difficulté d’approvisionnement et de l’envolée des prix.
 
Elle a, par ailleurs, exigé l’arrêt de l’application de la taxe sur les terrains non bâtis, la prorogation d’un an du délai des autorisations de construire et la réduction de 50% des frais d’enregistrement et de conservation foncière au profit des clients et acquéreurs dont le pouvoir d’achat a été considérablement impacté ces dernières années.
 
Dans le but de protéger la profession contre les ententes et les spéculations, la FNIP a, in fine, fait savoir qu’elle a engagé un processus de création d’une centrale d’achat qui permettra de mutualiser les approvisionnements des opérateurs du secteur de la construction immobilière à des conditions d’achat et de règlement totalement optimisées et transparentes, tant auprès des fournisseurs marocains, que des importations directes de l’étranger.

Il convient de rappeler que l’Exécutif a consenti à satisfaire la majeure partie des revendications des professionnels, et ce, dans une circulaire du Chef du gouvernement, publiée le 18 avril. Il s’agit de huit mesures destinées à sortir le secteur de sa léthargie et à alléger le fardeau de la hausse des prix sur les entreprises. A celles engagées dans des marchés publics, ladite circulaire a donné, par exemple, la possibilité de résilier les contrats sans que cela ne donne lieu à rétention des cautions et garanties bancaires. En plus de l’extension des délais d’exécution des marchés en cours, la restitution des pénalités de retard encaissées dans le cadre des marchés en cours, la résiliation sans confiscation des cautionnements pour les marchés en cours, etc., sont également prévus.








🔴 Top News