Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Saïd Lamrini : Les athlètes paralympiques face au manque d’infrastructures sportives


Rédigé par Safaa KSAANI le Samedi 15 Août 2020

L’entraînement sur terrain est irremplaçable. Le directeur technique de la Fédération Royale Marocaine des Sports pour Personnes en situation de Handicap nous dit ce qu’il en est.



Saïd Lamrini : Les athlètes paralympiques face au manque d’infrastructures sportives
- Les préparatifs aux jeux paralympiques sont spécifiques. Qu’en est-il réellement ?
- Rien ne peut remplacer l’entraînement régulier dans les clubs et associations. A priori, les entraînements à domicile aident juste à maintenir la condition physique. Ce qui n’est pas d’ailleurs faisable chez tous les athlètes en situation de handicap, dont le degré diffère d’un sportif à un autre, sans parler de l’importance des entraînements en groupe dans des centres de haut niveau et l’apport considérable des compétitions locales et internationales.

À mon sens, la première action du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports (MCJS) et du Comité National Olympique Marocain (CNOM) est de soutenir les fédérations concernées en leur garantissant un matériel sportif spécifique, de pointe, qui permette aux sportifs de poursuivre les entraînements chez eux et de respecter un régime alimentaire adéquat en plus d’un suivi médical adéquat.

- Les centres d’entraînements sont-ils assez nombreux pour héberger les athlètes paralympiques ?
- Il faut savoir qu’un arrêt de plus de 4 semaines peut engendrer plusieurs faiblesses et peut affecter la performance. Notre programme de préparation paralympique n’a pas encore été élaboré pour plusieurs raisons, dont l’absence du Comité National Paralympique d’une commission nationale de la préparation de l’élite paralympique et d’un centre de préparation de haut niveau. Avant chaque compétition paralympique, nous galérons pour avoir l’équipement et l’habillement sportif adéquats. Le matériel spécifique ne se trouve pas au Maroc. On doit le chercher très tôt pour que les sportifs le rodent. Les sites sportifs pouvant héberger nos sportifs ne sont pas nombreux ! Seul, le Centre National des Sports Moulay Rachid peut les accueillir dans des conditions valables. Mais celui-ci il a une grande affluence.

Le site sportif d’Ifrane est « privé » et n’accepte pas nos sportifs. A cette occasion nous demandons l’accès à ce centre relevant du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, pour permettre à nos sportifs de s’entraîner en altitude, au moins 3 fois durant chaque saison sportive. Nous renouvelons notre demande d’avoir notre propre centre sportif paralympique pour assurer les entraînements durant toute l’année.

- Combien d’athlètes prendront part à cette compétition ?
- Le nombre des athlètes reste encore à déterminer. Jusqu’à présent, 12 places sont assurées en Para athlétisme. Les autres disciplines à savoir le powerlifting (4 places), le tennis sur fauteuils (5 places) sont dans le processus de qualification. En revanche, l’équipe nationale de cécifoot a déjà poinçonné son billet pour les Jeux Paralympiques. La liste pourrait s’élargir.

Recueillis par Safaa KSAANI 

Portrait

Un DTN au CV bien garni

Saïd Lamrini a décroché son doctorat à la Faculté des Sciences de l’Education (FSE) relevant de l’Université Mohammed V de Rabat. Il est connu principalement pour être le Directeur Technique National (DTN) Parasport de la Fédération Royale Marocaine des Sports pour personnes en situation de Handicap (FRMSPH), un poste qu’il occupe depuis 1996. Cet ex-cadre, retraité, du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), compte parmi les spécialistes de référence en handicap au Maroc, puisqu’il est aussi Expert international en Activité Physique Adaptée (APA). Il a dispensé des cours au CNS Moulay Rachid et au Centre Youssoufia de la Promotion Féminine et des Jardins d’Enfants.

L’homme aux multiples désignations

Son expertise lui a valu le titre de Vice-Président de l’Afro Arab Zone de WOVD et président de la Commission Technique de la Fédération internationale de Volley Ball pour le volleyball assis. Il est également responsable technique de la Fédération internationale des sports pour personnes aveugles (IBSA).

Saïd Lamrini a été à l’origine de nombreux projets de développement, dont l’Académie Africaine Handisport, le projet Silver Fund du Tennis en Fauteuils IWTF et ITF. Il a été récemment sollicité pour faire part du comité de développement de BISFed, Fédération Internationale de BOCCIA. Parmi ses nombreuses publications figurent le manuel Para-athlétisme de la FRMSPH, le Guide handisport de la FRMSPH et le Guide Handifoot (football pour tous).
S. K.