Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Sacrilège !


le Jeudi 31 Octobre 2019

La bannière rouge frappée de la verte étoile à cinq branches profanée par des séparatistes rifains à Paris



Les masques sont tombés et les opportunistes ayant surfé sur la vague du Hirak du Rif, pour en profiter et profaner le fanion national samedi 26 octobre à Paris, sont apparus pour ce qu’ils sont : des séparatistes vouant une profonde haine à la patrie de leurs parents, grands parents et ancêtres.
 
Au-delà de l’outrage à un symbole de la nation et l’insulte ainsi faite aux Marocains, il y a l’instrumentalisation des réels problèmes socioéconomiques des populations des régions périphériques du Royaume par des promoteurs de la division et du chaos, dont on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur leurs réelles motivations et des éventuels marionnettistes qui tirent les fils de ces agents provocateurs. De toute évidence, le Maroc est ciblé et il se trouve des imbéciles, doublés de félons, pour servir des agendas politiques dont le sort des populations du Rif est le dernier des soucis.
 
Insulte à la mémoire de Mohcine Fikri

Ils étaient quelques centaines de manifestants ayant marché, samedi  dernier à Paris, à l’occasion du 3ème anniversaire du décès de Mohcine Fikri, au sein desquels des polisariens ont pu trouver leur place. C’est la pire injure que l’on puisse faire à la mémoire de ce poissonnier, dont la mort dans de terribles conditions, broyé dans une benne à ordures où il voulait empêcher la destruction de sa marchandise saisie, avait suscité la colère et le soutien de tous les Marocains, du Nord au Sud du Royaume. Pour tous ceux qui ont regretté son décès et sympathisé avec les manifestants du Hirak du Rif, sortis exprimer leur exaspération face à la marginalisation de leur région, leur solidarité allait à des compatriotes victimes d’une flagrante injustice et non pas aux séparatistes infiltrés parmi eux. Brûler et piétiner le drapeau du Maroc est la manière dont ces séparatistes rifains ont tenu à remercier leurs concitoyens pour leur appui et leur montrer clairement toute la haine qu’ils leur vouent.

Combien sont-ils, ces Marocains, dont ceux originaires de la région du Rif, à s’être battu et avoir sacrifié leurs vies pour la défense de leur patrie et avoir porté haut, en maintes occasions et en différents domaines, la bannière rouge frappée de la verte étoile à cinq branches ? Les séparatistes rifains étaient-ils conscients de la vilénie de leur forfait, du fait qu’ils crachaient sur la mémoire de ces milliers de Marocains, parmi lesquels de nombreux rifains, ayant fait don de leurs vies à leur patrie ? Ont-ils conscience de semer la discorde et l’hostilité entre les enfants d’une même nation millénaire, forgée par l’amour et le dévouement de plusieurs générations de Marocains à leur pays ? Ou est-ce justement la mission qui leur a été confiée par leurs commanditaires, tel Judas percevant 30 pièces d’argent pour vendre Jésus aux Romains ?
 
Stupidité extrême

Nonobstant la stupidité de ces séparatistes, qui s’imaginent la région du Rif en entité étatique viable une fois arrachée du reste du Maroc, c’est un bien piètre service qu’ils rendent aux condamnés du Hirak du Rif, dont ils prétendent militer pour leur libération. Comme les extrêmes finissent toujours pas se rejoindre, les séparatistes rifains ne font que confirmer les pires accusations à l’encontre des leaders du Hirak du Rif portées par les éléments les plus intransigeants de l’appareil sécuritaire marocain.
Croire que l’on peut forcer la main au Maroc, en demandant aux autorités françaises d’adopter des « mesures diplomatiques » et autres « sanctions » et « restrictions économiques » contre le Royaume, comme écrit sur un tract distribué lors de la marche de Paris, relève du comble de l’idiotie. Tout autant que de porter les drapeaux des séparatistes catalans et basques, alors que l’Espagne, membre de l’Union Européenne, lutte activement contre ses mouvements.

Et pour couronner le tout, quoi de mieux que les losers du polisario comme associés à la marche de Paris (qui s’assemblent se ressemblent) chacun croyant instrumentaliser l’autre, pour sombrer ensemble dans le ridicule. Et quand les Marocains voient les polisariens, ce sont les services algériens qu’ils voient derrière. Qui est, alors, derrière les séparatistes du Rif ?

Brûler et piétiner le fanion national, ce n’est pas seulement se mettre le « Makhzen » tant décrié à dos, mais l’ensemble des Marocains. Et comme ces derniers sont loin d’être crétins, ils savent très bien faire la différence entre une bande de médiocres agents provocateurs stipendiés et les honnêtes citoyens marocains du Rif, qu’ils continuent de soutenir, en tant que concitoyens, dans leurs légitimes revendications pour une amélioration de leurs conditions de vie et un essor socioéconomique de leur région.

Tout ce à quoi seraient parvenus, en fin de compte, les séparatistes du Rif, en offensant l’ensemble des Marocains par l’outrage fait à leur bannière, c’est de les mobiliser en un front uni, du Nord au Sud, contre tous les séparatismes. Et nul besoin de préciser ce que pense le commun des Marocains des traîtres à la patrie.

Feu Abdelkrim Khattabi, dont l’image a été galvaudée par le même genre d’individus qu’il méprisait, doit s’en retourner dans sa tombe.

Ahmed NAJI  
 
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >