Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Rien à craindre des "fausses méduses" de Martil


Rédigé par Kenza Aziouzi le Lundi 13 Avril 2020

Ressemblant à s'y méprendre à la redoutable Physalia, communément appelée galère portugaise, la velelle, une fausse méduse qui a opéré une invasion remarquée ce weekend dans les plages du Nord du Maroc est totalement inoffensive.



Invasion impressionnante velelles sur les plages de Martil et Saadia
Invasion impressionnante velelles sur les plages de Martil et Saadia
"La vélelle", une espèce gélatineuse apparentée aux méduses et inoffensive pour l’homme, a été observée, en avril, sur les plages méditerranéennes marocaines, notamment au niveau de Saidia et Martil, a indiqué lundi le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.

Il s’agit d’une "fausse méduse" flottante communément nommée le "vent marin" ou le "flotteur violet" ou encore la "vélelle", a précisé le ministère dans un communiqué, soulignant que cette espèce est "non urticante et inoffensive pour l’homme".

Elle vit en surface en pleine mer et peut s’échouer sur les rivages dans des conditions météorologiques particulières, entrainées par les vents grâce à leur voile. En l’occurrence, son apparition fait suite aux dernières tempêtes enregistrés dans les zones concernées, explique la même source, ajoutant que l'échouage de cette espèce est courant au niveau des côtes marocaines avec des densités variables. Selon le ministère, la "vélelle" a été signalée en avril 2019 par les scientifiques de l’Institut national des recherches halieutiques (INRH), particulièrement au niveau des plages de Oualidia.

D’autres pays voisins ont aussi déjà rapporté des échouages très massifs durant le même mois, comme c’est le cas des rives du sud de la France en avril 2018, conclut le communiqué.

Pour rappel, Physalia, une espèce de méduses autrement plus dangereuse car vénéneuse communément appelée galère portugaise, a fait son apparition durant les quatre dernières années dans plusieurs plages du nord, comme du centre du pays. 

Avec MAP