Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Revigorer l’hôpital : le new deal sanitaire ?


Rédigé par Anass Machloukh le Mercredi 28 Avril 2021

Khalid Ait Taleb a dévoilé sa stratégie pour revigorer le système de santé, en tirant les leçons du Covid-19. Régionalisation, gouvernance et investissement, sont autant d’objectifs qui se heurtent à des défis majeurs. Détails.



Revigorer l’hôpital : le new deal sanitaire ?

Après le coup d’envoi officiel du chantier royal de généralisation de la couverture sociale pour tous les Marocains, l’Exécutif s’apprête à se pencher sur la réforme cruciale du système de santé, tributaire d’une refonte totale après des décennies de dégradation de l’hôpital public. Le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb a profité de son passage à la Chambre des Représentants, lors de la séance plénière consacrée aux questions orales, pour dévoiler sa stratégie, vouée à révolutionner le secteur de la Santé, dont les limites ont été décelées par la pandémie du Covid-19. Le ministre de la Santé a lui-même reconnu les échecs du système actuel, comme en témoigne le manque cruel d’équipement et de ressources humaines, dont le besoin s’estime à 97.566 professionnels.

Une nouvelle politique de santé axée sur l’individu

Vu cet état déplorable de l’hôpital marocain, sa reconstruction sur une base solide est d’autant plus urgente que plus de 22 millions de personnes supplémentaires seront prises en charge par l’Assurance maladie obligatoire d’ici 2023, et qui auront besoin d’une offre de soin de qualité. Pour ce faire, la stratégie de Khalid Ait Taleb se résume ainsi : valoriser les ressources humaines dans un système de gouvernance régionale basé sur un système informatique pour gérer l’écosystème de santé de façon décentralisée. Les ressources humaines demeurent une priorité absolue. Le déficit est hallucinant, sachant le Maroc ne dispose que de sept médecins pour 10.000 habitants alors qu’il en faut 60, selon le député istiqlalien Omar Hjira, qui s’est référé à l’Organisation Mondiale de la Santé. En sus du manque flagrant que le ministère entend combler en ouvrant les portes aux personnes étrangères, la question de la motivation est tout aussi importante. À cet égard, Khalid Ait Taleb n’a pas mentionné de mesures précises, or, plusieurs experts comme Tayeb Hamdi insistent sur la nécessité d’une motivation salariale et d’une amélioration des conditions de travail pour attirer les médecins, dont des centaines quittent le pays chaque année vers la France et le Canada en quête d’une meilleure considération. Dans ce sens, le gouvernement promet un nouveau statut de la Fonction publique pour la santé, une façon de répondre à une vieille revendication non exaucée des médecins du public qui veulent améliorer leur statut salarial.

Gouvernance : vers plus d’autonomie des régions

En parallèle avec l’investissement dans les infrastructures qui manquent terriblement, la refonte du système dépend d’une gouvernance régionale dans laquelle les régions auront plus de marge de manœuvre dans la gestion des hôpitaux. Ceci se fera à l’aide d’une carte sanitaire régionale. La gouvernance passe également par la réforme de la gestion de l’hôpital par un processus de numérisation capable de fournir toutes les informations de base relatives au système de santé, et d’amélioration de la facturation dans les établissements hospitaliers. Pour sa part, Omar Hjira a appelé à réduire les délais des rendez-vous pour les citoyens.

Vers plus de financement de l’hôpital

Quoique ambitieuse, la stratégie gouvernementale implique une forte mobilisation financière. Le gouvernement devra faire plus de concessions budgétaires dans les années qui viennent, sachant que le budget de la Santé n’a augmenté en 2021 que d’un milliard de dirhams, soit 5,8% de plus qu’en 2020. Dans un système où plus de 50% de dépenses de santé sont supportées par les ménages, selon les chiffres officiels, l’Etat est appelé à financer davantage les hôpitaux par le biais de la couverture médicale qui sera désormais universelle. Aussi faut-il chercher des sources de financement et notamment des contributions internationales sachant que la Banque Mondiale accompagne le Royaume dans l’investissement sanitaire depuis le début de la pandémie.



Repères 

L’Etat compte sur l’investissement privé
 
Pour accompagner le secteur public, l’Etat parie sur le secteur privé, en voulant encourager les investissements étrangers dans le secteur. Encore faut-il préparer les conditions propices aux investisseurs en leur assurant un marché accommodant avec une législation attractive, et avec la formation des cadres et des managers de Santé, estime Saâd Taoujni, expert en management de santé.

Industrie de santé : le défi oublié  

L’émergence d’une industrie médicale et pharmaceutique nationale est aussi importante que la réforme de l’hôpital public d’autant plus que la pandémie est pleine d’enseignements sur la souveraineté nationale en matière de santé. Le Maroc dispose d’un potentiel exploitable, comme en témoigne la production des masques, des lits et des respirateurs 100% marocains, toutefois, la certification de certains produits nouvellement créés est toujours bloquée au ministère de la Santé pour des raisons administratives.  


Trois questions à Saad Taoujni 

« Le système de Santé a besoin de compétences managériales et de doubler le budget alloué» 


Saad Taoujni, juriste et consultant en management de la santé et de la protection sociale, a répondu à nos questions sur la réforme du système de Santé et les défis de la refonte de l’hôpital marocain. 

-Le ministre de la Santé a annoncé une réforme basée sur une nouvelle gouvernance digitalisée avec plus d’attention au capital humain, cela suffit-il ? 


En effet, les objectifs fixés par l’Exécutif restent ambitieux, bien que je croie qu’une étude stratégique détaillée soit indispensable avant de procéder à l’exécution de la réforme. D’abord, il faut remédier à une problématique fondamentale, celle des gestionnaires capables de mettre en œuvre ces objectifs au niveau de chaque région. Le système de Santé marocain, aussi bien public que le privé, a manqué cruellement de ces compétences managériales. Je vous rappelle que l’hôpital nécessite une gestion particulière (H24/365 jours maintenance biomédicale, nomenclature, facturation, recouvrement etc.).  Il nous faut plusieurs instituts de formation des managers de la santé. Concernant la motivation des professionnels de la santé, les écarts avec leurs collègues dans le secteur privé sont tels que l’amélioration de leur rémunération exigerait des efforts exceptionnels. Sachant que les conditions de travail comptent énormément. 

-La réforme est censée déboucher sur un système régionalisé, se dirige-t-on vers plus d’autonomie dans la gestion des hôpitaux publics ? 

Les attributions du Ministère de la Santé, organisées par le Décret de 1994 sont à ce jour fortement centralisées. La régionalisation avancée n’a pas abouti au transfert de compétences de gestion aux régions, dans la plupart des domaines. Il est inconcevable qu’un hôpital ait besoin de l’aval de l’administration centrale pour pouvoir s’approvisionner en fournitures et matériel et garantir une maintenance pérenne. En somme, tout cela dépend d’une enveloppe financière gigantesque, l’Etat doit allouer des fonds très importants lors des prochaines lois des finances, sachant que le PLF 2021 n’a pas reflété l’ambition de l’Exécutif pour la Santé. Le budget doit être doublé au moins. 

-Khalid Ait Taleb parle d’encouragement de l’investissement privé, y compris les capitaux étrangers, qu’en pensez-vous ? 

Je rappelle que l’article 61 de la loi 131-13 relative à l’exercice de la médecine encourage depuis 2015 l’investissement privé et ouvre le champ aux sociétés commerciales. Cependant, ils ne se bousculent pas à la porte. Il est compliqué de convaincre les investisseurs étrangers d’investir dans le marché marocain, marqué par un désordre réglementaire, tarifaire et institutionnel. D’innombrables efforts restent à faire pour améliorer les normes de (sécurité, d’hygiène etc), et surtout améliorer la régulation du marché par une nouvelle tarification de référence et des règles de gestion communes à tous les organismes gestionnaires. Il est à signaler que le plan ne parle pas de stratégie médicale