Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Réseaux sociaux : le succès deTikTok au Maroc ne se dément pas


Rédigé par Hajar LEBABI le Mardi 4 Août 2020

Au Maroc, l’une des applications les plus populaires parmi les adolescents en ce moment est la plate-forme TikTok. A travers ses courtes vidéos, l’application a su attirer les jeunes.



TikTok, l’application préférée des adolescents
TikTok, l’application préférée des adolescents
En quelques années d’existence, TikTok est devenu un incontournable de la culture Internet et de l’interaction sociale pour la génération Z. Selon la société d’analyse d’applications Sensor Tower, l’application a dépassé les 2 milliards de téléchargements, grâce à sa rafale de courts métrages et de vidéos où les utilisateurs participent à des défis viraux, font de la synchronisation labiale, dansent sur de la musique, montent des sketches comiques et partagent leurs points de vue sur la société en général.

La plate-forme de prédilection des jeunes marocains

Au Maroc, l’application a permis à une nouvelle catégorie d’internautes de faire son apparition. Aujourd’hui, le phénomène TikTok n’en finit plus de grossir. Preuve en est le nombre de vidéos postées quotidiennement par des adolescents qui n’hésitent pas à partager leurs vidéos et créations sur le réseau.

Considérée comme «l’application des pauvres», TikTok a su gagner du terrain parmi les jeunes de la classe populaire. Elle a également permis de rapprocher le grand public du mode de vie et des centres d’intérêt de ces jeunes.

Aujourd’hui plus que jamais, la génération Z du Royaume ne se contente pas uniquement de l’application, mais partage également le contenu produit sur la plate-forme dans d’autres réseaux sociaux. Chose qui prouve l’attachement de ces jeunes au contenu proposé par l’application. Et malgré les critiques des «millennials» (nés entre 80 et 2000), qui ne comprennent pas l’application, son succès est justifié par les utilisateurs.

«Contrairement aux autres applications, je me sens libre quand j’utilise TikTok. Je peux danser et créer des vidéos comiques sans être jugée», nous déclare une fidèle utilisatrice de l’application. «L’application est surtout utilisée par des jeunes, ce qui nous permet de se sentir plus à l’aise et nous évite le regard des adultes, qui nous jugent», ajoute cette adolescente de 15 ans.

Développée en seulement 200 jours, l’application a été lancée en 2016 par Zhang Yiming. Pariant sur la croissance exponentielle de l’application, il a injecté plusieurs millions de yuans dans sa startup en janvier 2017.

Dès 2017, TikTok a commencé à s’étendre en Asie, en commençant par l’Indonésie et son succès a été grandissant. En novembre 2017, sa société mère ByteDance a acheté Musical.ly, une plateforme américaine similaire, pour un milliard de dollars et les deux applications ont fusionné.

TikTok à la loupe des concurrents

En peu de temps, la plate-forme a connu une montée fulgurante devant ses concurrents. Plus de 800 millions d’utilisateurs mensuels actifs ont été recensés en janvier 2020, soit le 7ème réseau social le plus utilisé au monde, juste derrière Instagram (selon Hootsuite). Ceci dit, après que l’application fut bannie par l’Inde, qui représentait le tiers des téléchargements, ces chiffres seront revus à la baisse.

Cette course s’étend même sur le terrain où la start-up chinoise recrute des ex-employés des deux grandes firmes technologiques de la Silicon Valley. En effet, selon une étude effectuée par LinkedIn, TikTok emploie actuellement au niveau international 172 ex-Googlers et 165 ex-Facebookers, incluant des cadres et ingénieurs emblématiques des deux firmes. Aujourd’hui, TikTok se retrouve dans le viseur de plusieurs pays, à l’instar de l’Inde, qui a banni le mois dernier la plate-forme afin d’assurer la sécurité et la souveraineté du cyberespace indien et de Hong Kong où elle ne sera plus accessible en raison de la récente loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin. Les propriétaires de l’application ont été convoqués par la direction française pour plusieurs témoignages de harcèlement sexuel sur des jeunes filles. 

TikTok, dont la maison-mère possède une application similaire sous un autre nom en Chine, a souvent été amenée à se défendre en affirmant ne pas partager des données avec les autorités chinoises et ne pas en avoir l’intention.

Longtemps considérée comme une plate-forme funny et sans problèmes, aujourd’hui l’application fait couler beaucoup d’encre autour d’elle, car elle s’est politisée, devenant progressivement un espace de campagnes, de mouvements et de militantisme ainsi qu’une «arme diplomatique» qui dérange beaucoup de gouvernements… et d’applications concurrentes.
 
Hajar LEBABI

3 questions à Riad Essbai

Riad Essbai
Riad Essbai
«Depuis 2015 s’est imposée la capacité des réseaux sociaux à transformer les vies et devenir un modèle économique à part entière»

Directeur Marketing chez Webeuz, une des plus grandes agences digitales à Casablanca, Riad Essbai nous livre ses réflexions sur l’utilisation des réseaux sociaux au Maroc.

- Comment a évolué l’utilisation des réseaux sociaux au Maroc ?
- L’humanité, aujourd’hui, n’a pas de disparités d’utilisation des réseaux sociaux. Au Maroc, comme partout dans le monde, les tendances se ressemblent. Mais, ce qui a vraiment permis l’évolution des réseaux sociaux dans le Royaume, c’est la démocratisation de l’accès à internet et à l’équipement mobile. Au départ, quand les réseaux sociaux sont nés, il n’y avait pas vraiment beaucoup d’accès à internet, vu le coût et la disponibilité. Entre 2010 et 2012, l’explosion de la technologie a eu lieu avec l’apparition des smartphones et la libération des prix d’internet. Ce qui a permis aux jeunes de se connecter et d’utiliser un outil qui est devenu incontournable dans le monde.

- Qu’est-ce qui attire l’internaute marocain sur les réseaux sociaux ? 
La consommation du contenu, le besoin de passer du temps et de tisser des liens, sont des choses basiques qui attirent les internautes. Depuis 2015 s’est imposée la capacité des réseaux sociaux à transformer les vies et devenir un modèle économique à part entière pour la création d’emploi et la génération de revenus. C’est une propriété qui attire beaucoup les Marocains qui sont aujourd’hui des millions à exploiter les capacités des réseaux sociaux pour pouvoir faire de l’argent, en entreprises ou individuellement. 

- Comment peut-on expliquer le succès d’une application tel que TikTok chez les jeunes ? 
- Pour expliquer le succès de Tiktok auprès des jeunes, il est important de s’arrêter sur les mécanismes d’acquisition dans ces applications. Les jeunes ont 3 besoins essentiels en utilisant internet : pouvoir consommer du contenu intéressant, utiliser un moyen facile et pouvoir créer ce genre de contenu intéressant et le dupliquer à l’infini. C’est ce qui fait que TikTok a été une application qui a une forte pénétration dans la consommation ludique à la marocaine. Elle a permis à beaucoup de jeunes de se créer une identité, de pouvoir exprimer leurs idées, leurs tendances à travers un contenu court et à travers la vidéo.
 
Recueillis par H. L

Repères

TikTok donne des promesses d’emploi
Malgré la menace de la Maison Blanche d’interdire TikTok aux États Unis, la plate-forme promet d’embaucher 10.000 salariés sur trois ans pour consolider sa croissance, en capitalisant sur une offre salariale alléchante et d’autres avantages afin de garantir l’obtention des meilleures compétences sur le marché. Néanmoins, le fait d’interdire l’utilisation ou le téléchargement aux États-Unis de l’une des applications les plus populaires au monde serait un acte inconstitutionnel et se heurterait à la résistance de millions d’Américains, en particulier les jeunes, pour qui TikTok est devenu une forme d’expression culturelle et politique, selon les avocats de Electronic Frontier Foundation (EFF), un groupe de défense des droits numériques.
TikTok chassé de l’Inde
Le gouvernement indien a interdit, le 27 juillet, près de 60 applications mobiles chinoises, dont TikTok, invoquant des problèmes de sécurité nationale, après un affrontement meurtrier entre leurs armées ce mois-ci qui a fait monter les tensions entre les deux pays au plus haut niveau depuis des décennies. Les applications chinoises «volaient et transmettaient subrepticement les données des utilisateurs de manière non autorisée à des serveurs situés en dehors de l’Inde», a déclaré le ministère indien de l’électronique et des technologies de l’information dans un communiqué.