Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

« Redemption Day », un film qui dérange les Algeriens

Entretien avec Hicham Hajji, réalisateur


Rédigé par Safaa KSAANI le Jeudi 21 Janvier 2021

Le nouveau film du réalisateur marocain est accusé par nos voisins algériens de véhiculer un “message politique” ...et tant pis pour la liberté d’expression !



Hicham Hajji
Hicham Hajji
- Votre nouveau film «Redemption Day» est à nouveau la cible d’attaques virulentes de la part des Algériens. Estce la première fois que vous subissez des réactions pareilles ?
- La première fois était lors de la publication de la bande annonce que les distributeurs américains ont monté. Parce que le protagoniste disait «Tu dois m’emmener en Algérie » et le policier marocain répondait qu’il était fou de dire ça. Tout simplement parce que la frontière est fermée et qu’il n’y a pas de moyen légal d’aller en Algérie par voie terrestre.

- En quoi la mauvaise évaluation des Algériens qui vous ont attribué la note de 1/10 sur le site Internet Movie Database (IMDb.com) pourrait-elle vous impacter ?
- Évidemment cela nous impacte directement. Les internautes du monde entier peuvent avoir accès aux résultats des notes avant de voir un film. Au début, je n’ai pas compris comment les internautes qui réagissent mettaient tous la plus basse note 1/10, tout en laissant des commentaires désagréables. Ensuite, j’ai su que ça venait de certains Algériens, influencés par leurs médias qui leur demandaient de réagir ainsi. Heureusement que nous avons un peuple incroyable. Les Marocains ont vite réagi à cette injustice en votant 10/10. Je les remercie du fond du cœur.

- Est-ce que votre film s’inscrit dans une logique de propagande ?
- Le 7ème art permet de raconter des histoires. C’est de la fiction. Et d’ailleurs, le cinéma a toujours été un outil de propagande. Ce n’est absolument pas le cas dans mon film, qui s’est assumé commercial et divertissant depuis sa fabrication, mais il est clair que je mets le Maroc en avant. C’est le cas des films hollywoodiens qui mettent en avant leur pays, les États-Unis. J’essaie de réconcilier les Marocains avec notre cinéma tout en visant une carrière internationale pour le film.

- “Redemption Day” a décroché un prestigieux Prix à New York. Pouvons-nous affirmer que les films, dont l’histoire est liée à l’actualité, ont plus de chance d’être primés ?
- Au-delà de l’histoire racontée, ce film d’action raconte des histoires d’actualités qui ressortent un côté réel et politique, notamment la découverte des ossements humains datant de 315 000 ans au Maroc qui changent l’origine de l’humanité, l’origine des terroristes (ce sont des gens qui sont nés et ont grandi en Europe majoritairement), l’origine de leur financement, et surtout la force des services de renseignements marocains que je souhaitais mettre en évidence. Le tout autour d’une histoire d’amour et de scènes d’actions pour un moment de culture et de divertissement.

Recueillis par Safaa KSAANI 

Portrait

Un Marocain à la conquête d’Hollywood
En plus d’être un cinéaste passionné, Hicham Hajji est avant tout un entrepreneur, l’un des rares Marocains à écrire, réaliser et produire des films de dimensions hollywoodiennes. Le film dans cette configuration a une distribution internationale. Il est doublé dans toutes les langues, et peut aspirer à une carrière internationale, ce qui en soi est une première dans la région.

Hicham a commencé sa carrière au Canada en 2005 en tant qu’assistant de production dans des tournages de clips musicaux, où il a bien compris les rouages de la production, pour ensuite rentrer au Maroc en 2006 où il a travaillé en tant que stagiaire dans les tournages de plusieurs spots publicitaires. Il s’attaque ensuite aux longs-métrages marocains en tant que deuxième assistant réalisateur, ensuite premier assistant, avant de se lancer à plein temps dans la production, après avoir créé en 2008 sa propre société avec des ambitions à l’internationale “H FiLMS”. Celle-ci prête également ses services aux producteurs étrangers pour leurs tournages au Maroc.

Après avoir travaillé sur un certain nombre de projets de haut niveau en tant que producteur exécutif ou en prestataire de service, l’ambition devient encore plus grande et Hicham veut réaliser ses propres projets internationaux. En 2015, il ouvre une filiale de H FiLMS à Los Angeles et supervise un fond d’investissement pour la production internationale. Son objectif est de faire un cinéma marocain de niveau hollywoodien percutant et rentable, en racontant des histoires uniques et capable d’engager des spectateurs du monde entier. Sa première expérience dans ce sens s’appelle « Redemption Day ».

Depuis, Hicham gère un atelier d’écriture de développement de scenarii et a déjà produit son deuxième film maroco-hollywoodien mais cette fois-ci sous la direction de la jeune réalisatrice Zhor Fassi-Fihri.

S. K.

Repères

Synopsis
Réalisé et produit au Maroc par Hicham Hajji, «Redemption Day» est une super production marocaine, destinée à un marché international. Le film raconte l’histoire de Kate Paxton (campé par Serinda Swan), une célèbre archéologue américaine qui se rend au Maroc après y avoir découvert les plus vieux ossements humains, datant de 300.000 ans. Arrivée à la frontière algérienne, elle se fait alors kidnapper par un groupe terroriste dirigé par Jaafar El Hadi (Samy Naceri). Son mari, Brad Paxton (Gary Dourdan), un Marine, va tout faire pour la sauver avec l’aide d’un agent marocain (Brice Bexter) spécialisé dans la lutte anti-terroriste, et celle de l’ambassadeur des États-Unis au Maroc (Andy Garcia).
Hicham Hajji se défend sur Twitter
Surpris par la polémique que son film a provoqué, le réalisateur Hicham Hajji a répondu à ses détracteurs sur les réseaux sociaux « Ils ont dit que Redemption Day a été financé par le gouvernement marocain pour montrer que nos frères algériens sont des terroristes … c’est faux ! », a écrit le cinéaste sur son compte Twitter, avant de poursuivre « peut-être que vous devez d’abord regarder le film avant de juger ».
Le film décroche un Prix à New York
Malgré l’annulation des festivals en raison de la pandémie, certains festivals ont maintenu leur sélection. «La plupart des festivals ont été annulés en 2020 à cause du Covid-19, mais les membres du jury du Manhattanhenge Film Festival de New York ont visionné l’ensemble des films de la sélection, parmi lesquels « Redemption Day », a expliqué H Prod sur sa page Facebook le 17 août dernier.

  


Dans la même rubrique :
< >