Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Rabat-Salé-Skhirat-Témara : pour une meilleure mobilité dans la capitale


Rédigé par Siham MDIJI le Lundi 22 Février 2021

Afin de remédier aux plusieurs dysfonctionnements de la mobilité au sein de l’agglomération, la Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) a mis en place un plan de « mobilité durable 2021-2035 » avec une approche tenant compte de l’écologie.



Rabat-Salé-Skhirat-Témara : pour une meilleure mobilité dans la capitale
Eu égard à la croissance de la population et à l’augmentation du nombre de déplacements, les villes marocaines connaissent de plus en plus de transformations urbaines. Pour y faire face, la Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) a tracé un plan de mobilité urbaine durable pour Rabat-SaléSkhirat-Témara (PMUD) 2021- 2035. Outre le fait qu’il intégrera les défis qui découlent du développement urbain et de mobilité de l’agglomération, ce plan a pour vocation principale de répondre aux besoins des citadins et d’apporter des solutions concrètes aux problématiques spécifiques de transports auxquelles fait face la région. La STRS prévoit également d’établir une circulation « intelligente », permettant à la fois de diminuer les nuisances environnementales et de préserver l’environnement. 

Un plan pour l’organisation des transports

Ce PMUD, dont la maîtrise d’ouvrage reviendra à l’Établissement de coopération intercommunal (ECI) «Al Assima» avec la Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) comme maître d’ouvrage délégué, vise à donner à chaque mode de transport son créneau de pertinence relativement à ses capacités technologiques et à son coût pour la collectivité ainsi que d’harmoniser plusieurs modes de déplacements de personnes et de marchandises. 

Selon les informations jusqu’ici disponibles, l’idée principale du plan est de donner naissance à un schéma d’organisation des transports sur une période s’étalant sur 15 ans, et ce, pour toute la région. Il intervient pour mettre en avant le développement des modes de transport actifs, aussi appelé modes doux. Ces derniers n’utilisent pas d’énergie polluante et ne rejettent pas de gaz à effet de serre. Ils englobent les véhicules non motorisés, les moyens de locomotion à assistance électronique, électrique ou au gaz naturel, tout comme le vélo, trottinette, marche, etc.

Le projet en question entend remédier à plusieurs dysfonctionnements de mobilité urbaine. Il est question d’améliorer la connexion entre certains pôles importants et la qualité des transports en commun avec une approche plus écologique, ainsi que la mise en place de structures plus accommodantes aux personnes en situation de handicap afin de faciliter l’accessibilité de tous aux transports publics. Ce plan de mobilité, nécessitera, in fine, une forte mobilisation et l’engagement de plusieurs acteurs, dont les Conseils régionaux et provinciaux des territoires concernés, les sociétés de développement local, les opérateurs de bus, etc. 

Siham MDIJI 
Tramway – Casablanca : Deux nouvelles lignes prévues pour 2024​ 
En vue d’améliorer la mobilité des Casablancais, l’Agence Française de Développement (AFD) et la société Casa Transport en site aménagé SA avaient signé un accord de prêt de 1,1 milliard de dirhams, associé à une subvention d’assistance technique de 5,5 millions de dirhams pour réaliser deux nouvelles lignes (T3 et T4) du Tramway. Ce nouveau partenariat financier et technique, permettra d’agrandir l’offre de transports en commun accessibles au plus grand nombre, de promouvoir l’usage d’un mode de transport propre et sobre en carbone et d’améliorer la qualité de service des transports publics, lit-on dans un communiqué conjoint. « L’objectif à terme étant d’offrir un réseau de transport collectif de qualité, le plus large possible et proposant une intermodalité efficace avec les autres modes de transports », avait indiqué Nabil Belabed, directeur général de Casa Transport.