Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Rabat: Le différend entre Arribat Center et les propriétaires prend une nouvelle ampleur


Rédigé par Hajar LEBABI le Mercredi 14 Avril 2021

En ces temps de crise sanitaire, le centre commercial à Rabat, «Arribat Center», et les locataires des magasins entrent en conflit.



Spécialisée dans l’acquisition, le développement et la monétisation d’actifs immobiliers tertiaires locatifs, Foncière Chellah, qui a développé le centre commercial, a mené des procédures judiciaires contre un certain nombre de locataires pour non-paiement des redevances du loyer.

Le tribunal de commerce de Rabat a ainsi rendu sa décision pour vider plusieurs magasins dont les locataires ne se sont pas acquittés de leurs loyers durant ces derniers mois. Une décision qui a été fortement contestée.

Otages d’un protocole d’accord 

Les locataires concernés ont indiqué dans un communiqué, avoir reçu de nombreux avis de la part du tribunal de commerce de Rabat afin de vider les lieux. «Mais le commerce a été impacté par la pandémie d’un côté, et le loyer d’un autre côté, et qui est estimé à 60.000 dhs pour les magasins de petite et moyenne superficie, et dépasse les 200.000 dhs pour les grandes superficies», détaille le communiqué.

Le prix du loyer est resté intact malgré «les mesures de sécurité sanitaire imposées par les autorités et qui ne permettent pas d’accueillir plus de 50% de la clientèle à l’intérieur du centre commercial», s’insurge la même source, ainsi que «la baisse de 50% des places au parking ou encore la baisse du pouvoir d’achat des clients à cause des répercussions de la pandémie qui a impacté l’économie nationale».

Ceci dit et selon le communiqué, les locataires n’ont pas le droit de recourir à la justice pour demander une révision du montant loyer. Ces derniers ont signé un protocole d’accord avec la direction d’Arribat Center qui leur a permis de bénéficier de l’exemption du paiement du loyer pendant la période du confinement sévère (3 mois en 2020). Cet accord les a également privés du droit d’exiger toute forme de réduction ou de révision du loyer pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire. Dans ce sens, les commerçants concernés se considèrent comme des «otages de cet accord qu’ils ont signé sous la pression».

Face à cette situation, les commerçants au sein du centre commercial situé au quartier Agdal à Rabat, sont en train «d’étudier cette affaire afin de lancer diverses formes de protestation, allant de la fermeture d’une demi-heure par jour pendant une semaine, pour passer à une heure par jour et puis une paralysie complète à travers une fermeture totale». 

Selon eux, Arribat Center compte parmi les premiers centres commerciaux au Maroc et contribue au développement local, à l’emploi de la main-d’œuvre à travers les magasins. Ils considèrent également que ce centre commercial est un espace de divertissement pour les habitants de Rabat et ses visiteurs. Sauf que «la mauvaise gestion et la congestion» que vit le centre peut conduire à «l’échec de cet important projet».