L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal


   



Actu Maroc

Présidentielle : La course à l’Elysée vécue par les Marocains en France


Rédigé par DNC Karima Kaddouri le Jeudi 28 Avril 2022

«Choisir entre la peste et le choléra», tel était la vision d’une bonne partie des électeurs Marocains du Monde (MdM), avant le jour du scrutin de la présidentielle en France. Après la réélection de Macron, un vent d’optimisme a soufflé sur les principaux quartiers arabes, mais…



Présidentielle : La course à l’Elysée vécue par les Marocains en France
Pour chacune des élections présidentielles françaises il y a eu un traitement exacerbé sur les questions d’immigration et les questions d’islam, de foulards, favorisant d’année en année une montée des fantasmes de l’extrême droite, disons-le, les fantasmes d’un fascisme de plus en plus décomplexé. Mais ce qu’il fallait retenir de cette élection 2022 en France, c’est qu’il persistait un doute dans l’expression du vote des Marocains vivant en France. Et le choix de voter au deuxième tour paraissait pour de nombreux MdM comme une posture « suicidaire ! ».

De nombreux Marocains du Monde, de toutes catégories sociales, (travailleurs sociaux, cadres du privé, fonctionnaires du public, infirmiers, entrepreneurs), toutes générations confondues, s’étaient manifestement déclarés « contre Macron » et en même temps presqu’indulgents envers la campagne extrémiste de Marine Le Pen : un rejet basé sur un «quinquennat d’arrogance», d’après eux, vu les mesures prises par Macron, jugées anti-démocratiques par l’opinion publique, et qui auraient sérieusement endigué les valeurs du mieux vivre ensemble.

Avant les élections, l’expression la plus récurrente, la plus répétée des MdM fut claire : « entre la peste et le choléra, je n’irai pas voter au deuxième tour ! ». «Je ne voterai pas au deuxième tour, ni pour l’un, ni pour l’autre», pouvait-on entendre dans les ruelles de Barbès, de Goutte-d'Or ou encore de Belleville.

Il y eut pourtant une tentative du camp Macron de regagner la confiance des Français issus de l’immigration, durant ce mois de ramadan, mais le mal-être subi était encore trop perceptible pour nombreux MdM. Cependant, par rejet de ce quinquennat, de nombreux MdM, déçus, aspiraient à voter pour Marine ! « Macron est arrogant. Pendant les débats, Marine paraissait plus calme, je l’ai trouvée pas mal », nous confie Samia, avant d’ajouter que la candidate est juste dédiabolisée : « c’est vrai quelle est la lignée Le Pen mais elle, au moins, sa position demeurera claire sur les questions d’immigration et je voterai pour elle ».

Cette élection présidentielle se présentait, ainsi, avec un parfum de « dangerosité » pour la France, dont les principes « Liberté Egalite Fraternité » étaient remis en cause par l’extrême droite de Marine Le Pen, qui arrivait à séduire les catégories sociales les plus improbables.

Du déluge de la présidentielle, naissait un petit printemps pour les MdM!

Après les élections, les Marocains du Monde esquissent un soupir de soulagement mais ils resteraient en apnée sur les questions « existentielles ». Avant tout, il ne faudrait pas occulter que cette présidentielle a captivé seulement 29 millions de votants ! (17 millions pour Macron et 12 millions pour Le Pen), avec un taux d’abstention record, près de 14 millions, soit 30% ! Les résultats des électeurs de cette présidentielle sembleraient ainsi correspondre aux calques du vote des MdM :

• Les absentéistes du désespoir, presque 33% pensent pouvoir s’exprimer sur le 3ème tour, c’est à dire les législatives. Il s’agit bien d’un leurre car l’expression dans les urnes par les Mdm aurait été plus significative au 2ème tour ! Rappelons que la Seine saint Denis enregistrerait encore le plus fort taux d’abstention ! (Pourtant nos compatriotes y sont nombreux).

•Certains Mdm (35%) auraient voté pour Marine par dépit, par rejet ! Sont-ils perdants ou gagnants ! Macron aura certainement pour mission de composer avec une population « immigrée » prise en otage, favorisant le danger et le vote des extrêmes. Leur choix de voter Marine pourrait être interprété comme un besoin de reconnaissance « existentielle ». Cette fraction MdM a essentiellement voté Marine non par conviction, mais par rejet, et cependant ils ne peuvent expliquer leur vote pour Marine Le Pen.

• Et puis les MdM ayant voté pour Macron (30%) sont en liesse car, nombreux sont des partisans. Il ne faudrait pas ignorer que cette élection fut possible parce que de nombreux électeurs appartiendraient à la « gauche Mélenchon » : Les MdM ont préféré voter contre le « fascisme » et les extrêmes. « J’ai voté Macron, afin de préserver les valeurs universelles : tolérance, ouverture, fraternité, si chères au bon vivre en cette France, garantes des libertés individuelles, privées, et des pratiques de la religion », nous dit Hanane, une trentenaire du 20e.

Les électeurs du « ni- ni » auraient-ils frôlé le suicide collectif ?

Sans aucun doute cette élection in extremis permettra aux MdM de souffler, juste un répit pour finir ce ramadan. Avec un sentiment d’abandon et d’éternels oubliés des débats démocratiques qui envahit leurs coeurs, ces Marocains s’attendent à un mandat plus engagé envers leurs causes, dont la lutte contre les « agressions culturelles et civilisationnelles » viennent en tête de liste.

Alors le choix du « moins pire du pire » s’est avéré être une solution que chaque MdM aurait privilégiée pour cette élection présidentielle ! Ce déluge présidentiel nous permet de méditer sur une construction positive, et nous réfère à cette phrase de M. Kbibech, ex-président et membre actif du Cfcm, et actuel président du Rassemblement des Musulmans de France (RMF) : « Continuons à construire la France ensemble… Nous espérons que les valeurs de la haine et des extrêmes soient battues à jamais… ! »



DNC Karima Kaddouri

Présidentielle : La course à l’Elysée vécue par les Marocains en France



Dans la même rubrique :
< >