Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Portrait sportif : Jaco Zafrani, ex footballeur professionnel tangérois


Rédigé par Rachid MADANI le Lundi 28 Juin 2021



 Les vrais tangérois de la belle époque du football tangérois connaissent bien le grand joueur Jaco Zafrani. Ils se souviennent de lui quand il défendait les couleurs du Moghreb Al Aksa et de la UD España. La dernière équipe où Jaco Zafrani a joué à un niveau professionnel était le Limoges F.C. de France, un club fondé le 31 mai 1947, lors de la saison 1961/62 en deuxième division française. Jaco remplissait les fonctions de joueur-entraîneur. Une fois sa relation avec Limoges FC terminée, il est allé en Algérie, où il est resté jusqu'à l'indépendance du pays et est retourné en Espagne, en particulier à Madrid pour obtenir le titre d'entraîneur national de football. Avec le stage d’entraîneur, Jaco Zafrani a obtenu la carte nationale d'entraîneur, dans la classe de 1970, avec le N°1 à Madrid, étant les enseignants : Ladislao Kubala, J. Emilio Santamaría et Villalonga en éducation physique.
 
                       Licence d’entraîneur avec trois pays
 
Jaco Zafrani est titulaire d'une licence d'entraîneur dans trois pays différents : la France, le Maroc (le cours a été dirigé par Heriberto Herrera) et l'Espagne. Il y a eu de nombreuses équipes que Jaco Zafrani a entraînées pendant son séjour sur le banc, il a toujours été une personne très honnête et fidèle dans toutes les équipes qu'il a formées et rejetant à plusieurs reprises des offres financières très importantes, car pour lui, le mot valait plus qu'une signature.
 Jaco Zafrani : "Les techniciens doivent se rattraper et ne pas se limiter à prendre un coup de sifflet et à diriger un match". Et comme Jaco l'a prêché par exemple, il s'est rendu au Mexique pour voir tous les matchs de la Coupe du monde Mexico 70, il a voyagé avec Kubala, Eusebio Martín, Villalonga, Santamaría. La raison de ce voyage était d'essayer d'extraire tout le positif que le Tournoi lançait du 31 mai au 21 juin 1970 et tout ce qu'il a appris a été appliqué aux équipes qu'il a entraînées.
 
                    Carrière d’entraîneur en Espagne
 
La presse de La Línea, Diario Area, mardi 30 juillet 1974, se fait l'écho de cette nouvelle : "Jaco Zafrani a rejeté l'offre de Huelva". Elle se composait d'un million de pesetas pour l'entraîneur et de trois joueurs pour le Balona. Dans la chronique elle-même, il était vrai que l'homme d'affaires Martín Berrocal le voulait pour Recreativo de Huelva, mais tous les doutes ont été dissipés lorsque Jaco a signé un nouveau contrat pour le Real Balompédica Linense, un geste qui parle clairement du sens de l'honneur du Jaco, comme il aurait pu accepter l'offre de Huelva, mais il avait engagé sa parole avec le Balona et il l'a tenue et les fans ont toujours su reconnaître ce geste. Qu'est-ce qui a fait de rester l’entraîneur ? C'était comme un appel de son propre sang, l'un de ceux qu'il a versé tant d'après-midi sur les terrains de sport pour sa personne, ce qui a poussé Jaco Zafrani à reconsidérer profondément, quand il a vu les Ledesma, Mota, García, Loza, Aragón, Pino, en action, et Tinajero, Quirós, Vallecillo, etc. ont subi une métamorphose complète dans sa pensée. Il a vu quelque chose de ce Jaco agressif à Ledesma dans ses après-midis victorieux à Granada C.F., il s'est arrêté pour penser qu'à Mota il y avait une partie de son être avec cette impétuosité caractéristique.
 
                    Un caractère originel                                                                                                                           
 
Un autre rapport curieux est également daté à La Línea et mis en évidence : "Commando Jaco", Inimitable, Charismatique, Unique, Technique, Vitesse, Force et Révolution". Il dit que ceux qui ne se souviennent pas de ces sacs de sable, de préférence ceux qui montent les escaliers, ces gilets de poids pour atteindre plus tard une vitesse débridée dans les jeux, des séances d'entraînement sur la plage, ces gestes de donner des bonbons aux fans et des fleurs aux dames... Jaco était un spectacle à l'intérieur et à l'extérieur du stade. Dans les vestiaires, il a ordonné d'acheter un réfrigérateur pour que les joueurs, après l'entraînement, aient du lait et des fruits frais à leur disposition. Il fit également fabriquer une gigantesque baignoire pour les bains et massages classiques du samedi et un miroir monumental pour que ses « guerriers » puissent se voir reflétés dans leur anatomie exacte. Tout à Jaco était particulier. Il a amené les fans de Linea, historiques et enthousiastes, à crier à chaque match celui de Jaco ! Jaco ! Jaco ! En guise de banderole et en hommage au chef du commandement, une équipe s'est transformée en un groupe de guerriers qui chaque dimanche plaçait le bouclier du bal au sommet.
Aux côtés de Jaco, son fidèle écuyer Juan Ayala, calme, soumis, reflet fidèle des couleurs noir et blanc. Au cours de la saison 1977/78, il forme R. Jaén C.F. Dans la deuxième division, dans la présentation de l'équipe, le 28 juillet 1977, il y avait une telle attente qu'il y avait environ 3000 personnes dans le stade La Victoria, Jaco était accompagné d'Antoñete en tant que deuxième entraîneur et c'était l'équipe R. Jaén cette saison: Aguinaga, Espinosa, Martín Vila, Sánchez, Monterde, Melenchón, Prados, Serna, Manolín, Machado, Lacalle, Del Moral, Lorite, Expósito, Carlos, Calabuig, Matic, Morera, Cruz-Carrascosa, Cuesta, Toto, Barroso et Ramón, l'équipe a eu une bonne saison.