Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Portrait sportif : Hassan Sefrioui grande figure emblématique sportive


Rédigé par Rachid MADANI le Lundi 30 Août 2021



Feu Hassan Sefrioui avec Hassan Akesbi et feu Noureddine Sail, anciens joueurs de Tanger.
Feu Hassan Sefrioui avec Hassan Akesbi et feu Noureddine Sail, anciens joueurs de Tanger.
Hassan Sefrioui, un cadre supérieur de la Sûreté Nationale en retraite et figure emblématique du sport marocain n’est plus. Ancien joueur et dirigeant de cette équipe de la Police de Tanger (ASPT) qui faisait trembler les formations d’élite du football, il était toujours le premier président à avoir fait accéder la ville de Tanger en première division. Le 17 avril 2017, les Tangérois devaient lui rendre un grand hommage dans un somptueux centre hôtelier en signe de reconnaissance. Dans sa carrière de dirigeant, il avait sous ses ordres, un effectif constitué des meilleurs joueurs du championnat :des marocains Chokoron, Bezik, Bozambo, Rochdi, Abslimo, Chaouani, Laraichi…des espagnols Emerito, Uceda, Borrego,, Rojas… Une pléiade de footballeurs avec une seule devise : le football c’était la discipline.
C’était en 1961 quand la direction générale de la Sûreté Nationale devait décider d’offrir à la capitale d’été une place en division I. Une tache confiée à Hassan Sefrioui qui venait de Fès pour une mission au siège de la Sûreté Régionale qui se trouvait au Boulevard Pasteur. Le championnat de deuxième division était difficile avec le Youssofia, le Moghreb Rebati, l’AS de Salé, Taza, Kémisset... Avec Allal Haddad sur le banc de touche et Mohamed Kandjaâ au secrétariat général, l’ASPT remportait presque tous ses matchs pour monter chez les grands. Contre le champion du sud, le FUS, les Tangérois gagnaient la coupe du championnat nord-sud par 4-2 (tirs des pénaltys après la fin du temps réglementaire 2-2).
Hassan Sefrioui était porté sur les épaules à l’image du toréador espagnol El Cordobes. Une prime spéciale et surprenante attendait les joueurs : ils étaient tous recrutés à la Sûreté Nationale à l’exception bien sûr des Espagnols. La population tangéroise reconnaissait son mérite. Il fallait changer le nom de la Police pour avoir la popularité de la ville. L’ASPT devenait l’UST (Union Sportive de Tanger) une appellation très proche de l’IRT (Ittihad Riadi de Tanger). Il fallait aussi renforcer l’équipe. Hassan Sefrioui fit appel aux footballeurs les plus réputés du championnat marocain : Kadi et Sadni (MAS), Filali (Mohamedia), Abdelaziz (FUS), Tsouli et Santi (Tanger), Marrakchi (Larache). Sur la liste des renforts, il y avait deux vedettes du football Saïd « Laraïchi » meilleur avant-centre de la division I et Carlos Gomez gardien de but international portugais qui ne pouvaient jouer après avoir eu des problèmes de radiation à vie avec la FIFA.
Après plusieurs interventions, Hassan Sefrioui réussissait à lever leur sanction et à les faire signer au club tangérois. C’était la première rentrée au Maroc de Carlos Gomez transféré ensuite au CODM avant de devenir entraineur dans plusieurs équipes marocaines.
Muté à Rabat pour occuper une fonction plus importante, Hassan Sefrioui tenta une expérience similaire avec le Hilal de la capitale devenue l’Union Sportive de Police de Rabat.
Aux côtés de Mehdi Belmejdoub, il occupa plusieurs postes à la FRMF puis au Comité National Marocain Olympique.
 

  


Dans la même rubrique :
< >