Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Portrait : Tom Brady, la victoire sans fin


le Mardi 9 Février 2021

Le plus grand sportif américain de tous les temps ? Il continue d’écrire en lettres d’or sa légende



Portrait : Tom Brady, la victoire sans fin
Au Panthéon des plus grands sportifs américains de l’Histoire, Tom Brady, vainqueur de son 7e Super Bowl, soit un titre de mieux que Michael Jordan en NBA, occupe une place à part, du fait de sa longévité dans une discipline éprouvante physiquement.

Une carrière professionnelle dans le football américain dure en moyenne 3 ans et 4 mois. Pour Brady, voilà 21 ans, quasiment la moitié de sa vie - il a 43 printemps -, qu’il continue d’écrire en lettres d’or sa légende, en dépit des quelque 150 blessures subies, certaines graves, au genou notamment, sans compter les commotions cérébrales, ce fléau qui détruit parfois plus que des carrières.

Son éthique de travail, son hygiène de vie, son talent, sa science du jeu, sa soif de victoires, expliquent beaucoup de choses, mais pas tout. Il y a ce mystère insondable qui fait que «Terrific Tom» semble rajeunir et se bonifier quand il joue. Avec lui, durer rime avec gagner, c’est ce qui le rend unique.

Ses quatre derniers titres l’ont été à 37, 39, 41 et 43 ans, des âges où, tous sports confondus, rares sont ceux qui restent en activité et encore plus rares ceux qui continuent de briller.

James encore en lice

Michael Jordan, considéré par beaucoup aux Etats-Unis comme le «GOAT» (Greatest of All Time, le plus grand de tous les temps), car il a remporté les six finales jouées avec Chicago en les éclaboussant de tout son talent --tout en se permettant un crochet dans le baseball entre ses deux triplés (1991/1992/1993 puis 1996/1997/1998)-- avait 35 ans lors de son dernier sacre. Sorti de sa retraite en 2001, il a joué deux dernières saisons à Washington sans retrouver sa superbe passée.

«Donc Jordan a 6 bagues et Brady 7. On peut maintenant dire sans hésiter que Brady est le GOAT des GOATS,» a déclaré l’ancien joueur Donte Stallworth, devenu consultant à la télévision. Autre légende du basket, Kareem Abdul-Jabbar a lui mieux marié succès et longévité, remportant à 41 ans, son 6e titre de champion NBA, le cinquième avec les Lakers, 17 ans après son premier avec Milwaukee. Deux décennies à tutoyer les sommets. L’autre joueur qui entre dans la discussion en NBA, est évidemment LeBron James, qui a comme Brady disputé dix finales, avec au bout une 4e bague enfilée à 35 ans l’an passé. Or, lui aussi fait montre d’une forme physique impressionnante, d’un jeu encore étincelant et d’une envie inaltérable de jouer. Dans la mythologie des sports américains, ressortent deux autres grandes figures. En baseball, Babe Ruth est perçu comme le meilleur de tous les temps, autant pour ses sept titres aux World Series (entre 1915 et 1932), que pour ses records et son génie à la batte comme au lancer. 

Serena Williams, reine des courts

En hockey sur glace, le Canadien Wayne Gretzky jouit du même statut, fort de records imbattables et de quatre Coupes Stanley soulevées avec Edmonton en vingt ans de carrière, là aussi dans un sport réputé violent. Dans les sports individuels, il y a bien évidemment «the greatest», «le plus grand», comme il se présentait luimême, Mohamed Ali, champion olympique de boxe puis champion du monde à plusieurs reprises au terme de combats de légende.