Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Culture

Poésie : Bouchra Fadel publie «Éclat d’amour et des amours confinées»


le Mercredi 4 Novembre 2020



Journaliste à la MAP et poétesse Bouchra Fadel, publie un nouveau recueil de poèmes «Éclat d’amour et des amours confinées».

Ce recueil est le deuxième de la poétesse Bouchra Fadel, après son premier publié en 2017, intitulé «Rêves au féminin».

Le recueil se compose de deux parties. La première comporte des poèmes en langue française, alors que le poète Soulaimane Elhouari en a assuré la traduction en arabe dans la seconde. La partie française a été préfacée par Jean Victor Belemere qui écrit «La matière est là exceptionnelle et riche, profondément déployée de mots où les métaphores sont à peine esquissées tant elles sont légères. Il y a tant d’énergie que la faiblesse affleure à chacune des images... ».

Le recueil comprend 16 poèmes dans sa première sous-partie «Éclat d’amour», dont «Je t’aime père», «La chambre de mon père», «L’amour est de retour», «Entre deux palmiers». La seconde «Amours confinées» est composée, quant à elle, de 17 poèmes, dont «Le sourire se perd», «Je rumine quelques vers», «Les étés sont courts» et «L’instant».

La couverture de «Éclat d’amour et des amours confinées», a été illustrée d’une œuvre de l’artiste peintre Nowman Zindi. A propos de son recueil « Rêves au féminin », elle dira, dans une déclaration à la MAP, « « Je n’adopte pas un style particulier de poésie. Peu importe pour moi le nombre de vers, qu’ils riment ou pas. Je me laisse juste envoler dans le vaste univers pour décrire le plus parfaitement possible les sentiments de la femme et de l’enfant en moi ».

Quant au lien entre le journalisme et la poésie, elle a ses « « mon travail de journaliste depuis près de 20 ans à la MAP me fait voyager, corps et âme, par curiosité ou simple coïncidence, chaque jour vers des univers lointains et différents. Je vois ce monde, que je considère en état de décomposition très avancé, sombrer dans des atrocités des plus cruelles. Mais je me laisse, tout de même, envoler par les petites lueurs d’espoir qui jaillissent de mes Rêves au féminin ». 

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 17 Octobre 2021 - 09:06 Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés

Mercredi 13 Octobre 2021 - 10:12 Essai : Des écrivains dans la peau des terroristes