Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Patrimoine mondial de l’Unesco : Inscription de deux sites africains


Rédigé par W. S. le Lundi 2 Août 2021

L’Unesco vient d’ajouter 33 nouveaux sites culturels et naturels à sa liste du patrimoine mondial. Parmi ces sites, se trouvent 2 en Afrique, en Côte d’Ivoire et au Gabon. Il s’agit respectivement des Mosquées de style soudanais dans le nord de la Côte d’Ivoire et du Parc national de l’Ivindo.Ceci dans le cadre de la 44ème Session élargie du Comité du patrimoine mondial, qui s’est tenue du16 au 31 juillet, en Chine.



Pour l’Agence culturelle onusienne, les sites doivent avoir une « valeur universelle exceptionnelle » et répondre à au moins un des dix critères pour être inscrits sur la liste du patrimoine mondial. Parmi ces critères, on compte notamment le fait de représenter un « chef-d’oeuvre du génie créateur humain » et de porter un « témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue.

En Côte d’Ivoire, les huit petites mosquées situées à Tengréla, Kouto, Sorobango, Samatiguila, M’Bengué, Kong et Kaouara sont caractérisées par une construction en terre, des charpentes en saillie, des contreforts verticaux couronnés de poteries ou d’oeufs d’autruche, et par des minarets effilés. Elles présentent une interprétation d’un style architectural dont l’origine se situerait autour du XIVème siècle dans la ville de Djenné, qui faisait alors partie de l’empire du Mali et dont la prospérité provenait du commerce de l’or et du sel, à travers le Sahara vers l’Afrique du Nord.

Ces mosquées sont les mieux conservées sur les vingt qui ont subsisté en Côte d’Ivoire, sur plusieurs centaines qui existaient encore au début du XXème siècle. Le style soudanais caractéristique des mosquées, propre à la région de la savane de l’Afrique de l’Ouest, s’est développé entre les XVIIème et XIXème siècles, lorsque les marchands et les érudits se sont répandus vers le sud à partir de l’empire du Mali, prolongeant les routes commerciales transsahariennes jusque dans la zone boisée.

Paysage d’une grande valeur esthétique

Pour ce qui est du Parc national de l’Ivindo, situé sur l’équateur, dans le nord du Gabon, le site, essentiellement intact, il s’étend sur près de 300 000 hectares traversés par un réseau de rivières d’eau noire pittoresques. Il comprend des rapides et des chutes bordées par des forêts humides intactes, ce qui en fait un paysage d’une grande valeur esthétique.

Les habitats aquatiques abritent des espèces de poissons endémiques, dont 13 espèces sont considérées comme menacées, au moins sept espèces d’herbes aquatiques Podostemaceae et, sans doute, une faune aquatique micro-endémique de chaque chute. Enfin, rappelons qu’au cours de cette session, quarante-deux propositions d’inscription sur la liste du patrimoine mondial ont été examinées au cours de la session, dont 24 soumises pour 2020 et 18 soumises pour 2021. Parmi elles, 35 sites culturels, 6 naturels et 1 (à la fois culturel et naturel).
 
W. S.

  


Dans la même rubrique :
< >