Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Patrimoine : Rabat étudie les critères de sauvegarde de son héritage architectural


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Lundi 26 Octobre 2020

Le référentiel de restauration du Patrimoine de la ville lumière est au centre d’une rencontre scientifique organisée pour la sauvegarde de son patrimoine.



Patrimoine : Rabat étudie les critères de sauvegarde de son héritage architectural
Présidée par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, la Fondation pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel de Rabat, a organisé en collaboration avec le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et la Wilaya de la Région de Rabat Salé Kénitra, le jeudi 22 octobre dans la capitale du Royaume, une rencontre scientifique sous le thème : « Le patrimoine historique, quel référentiel de restauration ? ».

S’inscrivant dans le cadre du plan d’actions de la Fondation au titre de l’année 2020, cette rencontre a pour objectif de promouvoir un document de référence en réunissant des experts nationaux et internationaux de la conservation-restauration, ainsi que les représentants de l’État, des collectivités territoriales et de la société civile. Le cadre normatif pour réhabiliter les constructions historiques de la ville, l’évolution des techniques de restauration, le développement de nouveaux métiers et la numérisation sont autant de points qui ont été débattus lors de cette rencontre.

La restauration du patrimoine national bâti au cœur du débat 
Au programme, deux panels, le premier est consacré à l’expérience internationale en matière de restauration et le cadre normatif international, et le deuxième est dédié à la présentation de cas pratiques de restauration du patrimoine national bâti.

Les participants ont pu échanger et croiser les approches. La rencontre a été marquée par une forte participation de la société civile et relayée simultanément en visioconférence, vers les villes suivantes : Fès, Marrakech, Casablanca et Tanger avec la participation de Meknès, Essaouira, Tétouan et El Jadida.

Cet échange entre les différents intervenants a fait ressortir un réel besoin pour la mise en place d’un standard national pour la restauration du patrimoine bâti et des orientations pratiques dans ce domaine. 

Suite au débat, plusieurs recommandations en sont issues, notamment l’élaboration d’une stratégie nationale de réhabilitation de bâtiments patrimoniaux. Le recours à la digitalisation des sites et bâtiments à haute valeur patrimoniale est une nécessité. Il est également recommandé d’assurer la traçabilité des interventions sur le patrimoine à travers la mise en place d’un « livret de santé » des biens inscrits ou classés, ainsi que de renforcer les centres de formation dédiés aux métiers de la restauration. Vient ensuite la suggestion de mettre en place un système de qualification des intervenants dans le domaine de la restauration du patrimoine. Enfin, il faudra intégrer le savoir-faire traditionnel dans les opérations de restauration.
 
Kenza AZIOUZI