Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Pass vaccinal : Les manifestations se poursuivent dans plusieurs villes


Rédigé par Achraf EL OUAD le Lundi 1 Novembre 2021

Depuis l’annonce de l’obligation du pass vaccinal pour accéder aux espaces publics, les voix dénonçant cette mesure n’ont cessé de se lever. Dimanche 31 octobre, des centaines de manifestants ont organisé des sit-in dans différentes régions du Maroc.



Ph.Nidal
Ph.Nidal
La dernière décision du gouvernement annoncée le 21 octobre et stipulant l’obligation de disposer d’un pass vaccinal pour accéder aux administrations publiques, semipubliques et privées afin d’endiguer la propagation du Covid, continue de diviser l’opinion publique.

Au moment où d’aucuns se rendent aux centres hospitaliers et vaccinodromes pour se faire administrer leur dose, d’autres ont choisi d’investir les rues, pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de ladite décision.

Dans la capitale Rabat, des manifestants ont défilé pour la deuxième fois en une semaine afin d’exprimer leur opposition à la décision qui répond, selon les experts, à un critère épidémiologique. «Cela devrait être notre choix, l’Etat ne devrait pas décider à notre place ! », ainsi s’est exprimée une trentenaire. Ces manifestants en colère contre le pass vaccinal ont scandé des slogans comme « Non, non et non au pass vaccinal », « Cette décision est une transgression flagrante à la Constitution », ou encore « Annulez cette décision discriminatoire ! », et ce, à deux pas du parlement et dans les environs du jardin Nouzhat Hassan.

Ces même slogans ont été contestés sur la Toile où bon nombre d’internautes appellent à l’adhésion massive à la vaccination pour atteindre l’immunité collective, synonyme d’un retour à la vie normale.

Cela dit, la police est intervenue sur le champ pour disperser le sit-in non autorisé à Rabat, sachant que les rassemblements et les activités dans des espaces ouverts ne devraient pas dépasser les cinquantaines de personnes. Des jeunes ont par ailleurs lancé des projectiles contre les forces de l’ordre à la fin du rassemblement, d’autres ont tenté de briser un cordon de police, bafouant ainsi l’aspect ‘’pacifique’’ de ces manifestations. En guise de riposte, les policiers ont répondu en utilisant des boucliers pour disperser la foule.

A Casablanca, la scène était plus ou moins pareille. Plusieurs centaines de personnes ont également rejoint une manifestation similaire qui a fait le tour des plus grands boulevards de la Capitale économique, « Non au pass. Le peuple veut que le pass tombe », ont-ils réclamé.

Tanger, Agadir, Fès et Oujda ont toutes connu des protestations similaires, auxquelles des interventions des forces de l’ordre ont été opposées pour les disperser. Il convient de rappeler que depuis le 21 octobre, le pass est exigé pour accéder aux administrations publiques, semi-publiques et privées, tout comme pour quitter le Royaume ou pour se déplacer entre les préfectures et les provinces.

Le caractère obligatoire du pass pour avoir accès aux espaces publics a soulevé des protestations, en particulier sur les réseaux sociaux où une pétition en ligne a recueilli des dizaines de milliers de signatures, fustigeant la mise en place « arbitraire » du pass sanitaire.

Achraf EL OUAD