Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Pass vaccinal: Le sésame numérique, bientôt obligatoire


Rédigé par Chaimae BARKI le Dimanche 5 Septembre 2021

L’obligation du Pass vaccinal que nous avions annoncée précédemment est désormais en dernière ligne droite. Le ministère de la Santé vient de l’annoncer vendredi 3 septembre, par le biais d’une vidéo, sans pour autant préciser la date d’entrée en vigueur. Éclairage.



Pass vaccinal: Le sésame numérique, bientôt obligatoire
Le Pass vaccinal s’annonce comme une condition sine qua non pour accéder aux endroits publics. Par le biais d’une vidéo mise en ligne vendredi soir, le ministère de la Santé semble déterminé à rendre la vaccination obligatoire.

Ceci dit, l’accès aux villes et aux endroits publics, notamment aux cafés, restaurants, hammams, théâtres, cinémas, stades de football, hôtels, ainsi que les grands centres commerciaux et les moyens de transport, sera désormais conditionné par la possession du fameux Pass, précise le ministère tout en appelant les gens à se faire vacciner. Toutefois, aucune date exacte d’entrée en vigueur de cette nouvelle disposition n’a été précisée.

Le Pass vaccinal : l’économie en dépend

Il est important d’adopter le Pass vaccinal pour permettre à plusieurs secteurs économiques impactés par les restrictions de mobilité, dont notamment le tourisme, de pouvoir reprendre complètement leur activité.

S’il y a bien une constante dans les décisions de l’Exécutif dans cette crise sanitaire, c’est celle d’éviter par tous les moyens un confinement tel que celui des débuts de la pandémie et qui avait coûté à l’économie marocaine 6 points de croissance de son produit intérieur brut (PIB) pour l’année 2020, soit une perte de 1 milliard de dirhams par jour de confinement, comme l’avait indiqué le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun.

En effet, avec cette solution, les États bénéficient d’un moyen permettant la reprise de l’économie et la réouverture des frontières. Par ailleurs, la solution va incontestablement réjouir les propriétaires des restaurants, des salles de sport et des hammams, asphyxiés par leurs coûts fixes. L’entrée en vigueur de cette nouvelle mesure va permettre l’assouplissement des mesures restrictives et par conséquent une reprise de l’activité et un retour à la « vie normale».

Pass sanitaire, une mesure liberticide ?

Comme le Pass vaccinal va conditionner l’accès des citoyens à plusieurs endroits publics, ils sont nombreux à le considérer comme attentatoire aux libertés fondamentales garanties par la Constitution. Pourtant, la loi suprême du pays régit ce droit sous réserves : l’article 24 stipule que « est garantie pour tous la liberté de circuler et de s’établir sur le territoire national, d’en sortir et d’y retourner, conformément à la loi » ; le décretloi sur l’état d’urgence sanitaire habilite également le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé publique.

Dans ce sillage, Dr Saïd Afif estime que l’adoption du Pass vaccinal est une question de santé publique et un devoir de tout citoyen. « Nous n’avons pas d’autre choix, surtout que ce variant Delta se multiplie à une plus grande vitesse. Auparavant, la personne covidée contaminait 3 personnes, avec ce nouveau variant, le nombre a doublé, une personne contamine deux fois plus, soit 6 personnes ». « Il faut noter que les primo-vaccinés ont dépassé les 19 millions de personnes, soit près des 2/3 de la population cible. Donc, l’État s’est acquitté honorablement de sa mission. Il incombe désormais aux citoyens de faire preuve de bonne volonté en vue d’éradiquer ce fléau au niveau national ». 

De son côté, Jaâfar Heikel, épidémiologiste et expert en économie de la Santé, estime que le Pass sanitaire est toujours une question de choix.

Dans une déclaration à « L’Opinion », l’expert a indiqué qu’il convenait de distinguer obligation vaccinale et exigence du passeport sanitaire, puisque les antivax auront toujours la liberté de choisir… Pourtant, ils sont priés d’assumer leur responsabilité, quitte à se voir restreindre le droit de mobilité. « Personnellement, je suis contre le fait d’obliger les gens à se faire injecter le vaccin, mais ceci n’empêche pas l’Etat d’intervenir pour protéger la santé publique dans les lieux dits publics. Il est évident que les gens non vaccinés ne pourront pas jouir complètement des avantages de la vie sociale, du moment qu’ils menacent la santé des autres en n’étant pas assez immunisés pour ne pas contaminer leur entourage, surtout les personnes âgées ».

Passeport vaccinal ou Pass sanitaire : quelle différence ?

Le Pass vaccinal, utilisé actuellement au Maroc, atteste seulement la vaccination d’une personne. Celle-ci doit avoir reçu deux doses de l’un des vaccins à double doses (Sinopharm, AstraZeneca et Pfizer au Maroc), et une seule et unique dose de l’un des vaccins unidoses (Johnson & Johnson au Maroc).

À la différence du passeport vaccinal, le Pass sanitaire englobe trois types différents de certificats relatifs à la Covid-19 : notamment un certificat de vaccination, un certificat de test et un certificat de rétablissement.
 
Chaimae BARKI

  


Dans la même rubrique :
< >