L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Participation aux risques (APR) : 100 millions d’euros de la BAD à Attijariwafa bank


Rédigé par Mina Elkhodari Vendredi 3 Novembre 2023

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque Africaine de développement (BAD) a approuvé vendredi, un accord de participation aux risques (APR) d’un montant de 100 millions d’euros au profit d’Attijariwafa bank. Ce montant de soutien est destiné à répondre aux besoins de financement des petites et moyennes entreprises (PME) pour promouvoir le commerce africain.



Participation aux risques (APR) : 100 millions d’euros de la BAD à Attijariwafa bank
« Cet accord, le deuxième du genre avec Attijariwafa bank, intervient dans un contexte de durcissement des normes de capital réglementaire et de conformité sur le continent africain. Lequel a conduit les banques internationales à réduire leurs niveaux d’engagement et le nombre de leurs correspondants en Afrique, en partie à cause du risque africain perçu comme élevé », indique la BAD sur son site officiel.

Il est, ainsi, destiné à renforcer les capacités des banques africaines dont l'activité de financement du commerce est limitée par l'insuffisance des lignes de confirmation commerciale des banques internationales, d’une part, et de soutenir les PME locales qui s'appuient sur des banques émettrices en Afrique pour honorer leurs engagements en matière de financement, d’une autre part.

Il s’agit, selon la même source, d’aider les banques commerciales et les PME africaines à avoir un accès stable au financement pour leurs opérations de commerce extérieur comme moteur essentiel de la croissance économique et de l’intégration régionale.

À travers cette opération, la BAD dit qu’elle entend contribuer à une diversification de la production, stimulant la création d’emplois et de recettes fiscales supplémentaires pour plusieurs États africains, renforçant ainsi leur résilience économique, mais également de soutenir la réalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui libérera tout le potentiel de croissance du continent et créera de nouvelles opportunités d’emploi.

Il est à noter que le système de partage des risques vise à répondre à la demande croissante de financement du commerce en Afrique dans des secteurs économiques vitaux tels que l'agriculture et l'agroalimentaire, les énergies renouvelables, l'industrie manufacturière, la santé, les télécommunications, les transports et les services.








🔴 Top News