Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Officiel : malgré la polémique, le Maroc maintient AstraZeneca


Rédigé par Anass Machloukh le Mercredi 17 Mars 2021

Au moment où plusieurs pays se méfient d’Astrazeneca à cause de supposés effets secondaires, le Comité scientifique de vaccination recommande de maintenir le vaccin suédo-britannique.




Dans la foulée de la polémique internationale sur le vaccin Astrazeneca à cause de l’apparition de quelques cas isolés d’évènements thromboemboliques, le Maroc se montre inébranlable en ce qui concerne sa souveraineté sanitaire. Alors qu’un certain nombre de pays européens ont suspendu de façon provisoire l’usage d’Astrazeneca, le Royaume en a décidé autrement. Dans un avis rendu mardi 16 mars et dont «l’Opinion» détient une copie non signée, ni cachetée, mais dont l’authenticité nous a été confirmée par une source proche du dossier, le Comité scientifique adhoc pour l’élaboration de la stratégie vaccinale a recommandé de maintenir la vaccination par le vaccin AstraZeneca.

Ledit document explique que le comité de pharmacovigilance n’a détecté que 4 cas de d’évènements thromboemboliques, après l’administration de plus de 5 992 783 doses dont 4 628 695 d’Astrazeneca. « Après analyse approfondie des cas signalés, la maladie thromboembolique n’a été retenue que dans un seul cas », précise la même source, ajoutant que dans deux autres cas, le lien entre le vaccin et l’événement thromboembolique n’a pas été établi et un autre cas est en cours d’investigation.

S’agissant de la polémique survenue en Europe, le comité a expliqué que sur les 5 000 000 doses d’Astrazeneca administrées dans le vieux contient, seuls 30 cas de maladies thromboembolique ont été signalés. Au Royaume uni, 35 cas ont été rapportés sur 9 700 000 vaccinations.

En plus des données de pharmacovigilance, le comité s’est basé également sur les déclarations de l’Organisation mondiale de Santé et l’Agence Européenne des médicaments. « Les vaccins utilisés dans la campagne de vaccination continueront de faire l’objet d’un suivi des événements indésirables post-vaccinaux, tout en maintenant la veille scientifique, conclut le comité.