Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Occupation du domaine public au Maroc : de nouvelles règles adoptées


Rédigé par MAP le Vendredi 19 Mars 2021

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi 18 mars à Rabat par visioconférence, a adopté le projet de loi n°03.19 relatif aux occupations temporaires du domaine public, dans sa nouvelle version, en prenant en compte les observations soulevées à son sujet.



Présenté par le ministre de l'Équipement, du transport, de la logistique et de l'eau, ce projet vise à assurer la protection nécessaire du domaine public et à mettre en place des règles qui prennent en compte les spécificités de ces biens et orientent vers une occupation optimale et rationnelle, en édictant des mesures de protection contre toutes sortes d'occupation illégale qui ne sont pas adaptées aux fins pour lesquelles elles sont autorisées, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Saaid Amzazi lors d'un point de presse à l'issue du Conseil.

Il s'agit d'édicter des règles spéciales des occupations temporaires du domaine public, de soumettre les occupations du domaine public à un cahier de charge et d'interdire l'autorisation temporaire de ce domaine pour la construction et l'exploitation des habitations et des chalets d'estivage, a expliqué Saaid Amzazi.

Il s'agit aussi de dédier certaines dispositions aux services publics, dont l'exercice exige l'existence sur le domaine public, et d'obliger l'administration à examiner la demande d'occupation du domaine public dans un délai ne dépassant pas 30 jours, a-t-il ajouté.

Le projet de loi exige également une durée de 40 années, renouvelable une seule fois pour une durée maximale de 40 ans pour les projets d'investissement avec certaines exceptions et interdit toute cession de l'autorisation d'occupation sous peine d'annulation, a-t-il souligné.

Ce texte édicte aussi des indemnités pour le préjudice au profit des titulaires des autorisations d'occupation temporaire en cas de retrait de ces autorisations avant leur expiration pour intérêt public, a-t-il poursuivi.

Il s'agit aussi de mettre en place des règles spéciales destinées à récupérer le domaine public occupé et d'imposer des sanctions financières strictes en cas de manquement aux dispositions de ce texte, tout en appliquant les autres sanctions répressives prévues par d'autres lois.

Le projet de loi prévoit aussi des règles transitoires relatives aux occupants dans le cadre du Dahir de 1918 en vue d'adapter leur situation aux nouveautés de ce texte, a-t-il conclu.