L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

ONU-Palestine : L'expulsion de Salah Hamouri par Israël est "un crime de guerre"


Rédigé par L'Opinion Mardi 20 Décembre 2022

L'ONU a condamné lundi l'expulsion par Israël de l'avocat franco-palestinien Salah Hamouri, détenu sans accusation depuis mars dans des prisons israéliennes, qualifiant le procédé de "crime de guerre".



"Le droit international humanitaire interdit l'expulsion de personnes protégées d'un territoire occupé (...). Expulser une personne protégée d'un territoire occupé est une violation grave de la Quatrième Convention de Genève, constituant un crime de guerre", a commenté un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Jeremy Laurence.

"Expulser une personne protégée d'un territoire occupé est une violation grave de la Quatrième Convention de Genève, constituant un crime de guerre", a-t-il ajouté dans une déclaration envoyée aux médias.

Salah Hamouri a été expulsé dimanche vers la France.

Agé de 37 ans, Salah Hamouri avait été placé en mars de détention administrative, une mesure controversée permettant à Israël d'incarcérer des suspects sans accusation aucune.

Le Bureau des droits de l'Homme de l'ONU "condamne l'expulsion" par Israël de Hamouri vers la France, "et nous sommes profondément préoccupés par le message terrifiant que cela envoie à ceux qui œuvrent en faveur des droits humains dans le territoire palestinien occupé", a souligné Laurence.
 
« Détérioration grave de la situation des défenseurs des droits humains »
 
Son expulsion, a-t-il déploré, "met en lumière la situation vulnérable des Palestiniens vivant à Jérusalem-Est, la puissance occupante leur ayant accordé un statut de résident révocable en vertu du droit israélien". C'est également "le signe d'une nouvelle détérioration grave de la situation des défenseurs palestiniens des droits humains".

Le Haut-Commissariat a appelé Israël à annuler l'ordre d'expulsion.

Soupçonné par Israël de liens - ce qu'il nie - avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation jugée terroriste par l'État hébreu et l'Union européenne, Salah Hamouri avait appris fin novembre qu'il allait être expulsé en décembre vers la France.

Mais son expulsion avait été reportée à la suite d'audiences devant la justice militaire, ses avocats remettant en cause son ordre d'expulsion et aussi la révocation de son statut de résident de Jérusalem-Est. Né dans cette partie de la Ville sainte, annexée et occupée par l'État hébreu, il ne dispose pas de la nationalité israélienne mais d'un permis de résidence, que les autorités israéliennes ont révoqué, ce qu'il conteste.

Début décembre, les autorités israéliennes ont confirmé la révocation de son statut ouvrant ainsi la voie à son expulsion malgré une nouvelle audience prévue le 1er janvier.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Février 2023 - 15:37 Iran : "Eagle 44", une base aérienne souterraine







🔴 Top News