Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Nouvelle baisse des prix attendue à partir d’avril

Gasoil et essence


Rédigé par A. CHANNAJE le Lundi 30 Mars 2020

Les gérants des stations-service au Maroc s'attendent à ce que les prix du carburant connaissent une nouvelle baisse dans diverses régions du Maroc.



Une baisse inutile
Une baisse inutile
Selon Jamal Zrikem, président de la Fédération nationale des gérants et propriétaires des stations-service, dans une déclaration à un confrère arabophone, les prix du carburant devraient connaître une baisse significative dans différentes stations-service au Maroc, à partir du mois d’avril.

Le prix de l’essence diminuera de 1 DH le litre, tandis que celui de l’essence chutera entre 1 DH et 1,50 DH le litre, a déclaré M. Zrikem, attribuant ces baisses prévisibles à la chute des cours du pétrole sur le marché international. Ce qui devrait, en principe, réjouir les automobilistes. Dans la crise actuelle du coronavirus, et du confinement, décidé par les autorités marocaines pour limiter la propagation de la pandémie, ce ne sera pas le cas, d’autant plus que la consommation du carburant est actuellement en chute libre.

Selon la Fédération nationale des propriétaires et gérants des stations-service, cette consommation accuse un déclin d’au moins 70% depuis le confinement. D’où, l’effondrement des ventes de carburant.

A cause du confinement, la demande mondiale de pétrole baissera de 20% Selon l’Agence internationale de l’Energie, la demande mondiale de pétrole pourrait chuter de 20% cette année en raison de la multiplication des mesures de confinement liées au coronavirus.

Les prix du pétrole dégringolaient vendredi, dans le sillage de leur rechute de la veille, minés par une demande au point mort face à une offre pléthorique, le Brent touchant son niveau le plus bas en 17 ans, selon l’AFP.

Vers 15H15 GMT (16H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 24,68 dollars à Londres, en baisse de 6,30% par rapport à la clôture de jeudi, peu après avoir touché 24,24 dollars, un niveau qui n’a plus été vu depuis 2003.

A New York, le baril américain de WTI pour mai abandonnait 5,18%, à 21,43 dollars. La veille, le WTI avait déjà plongé de 7,7% et le Brent de 3,8%.

Le WTI est un brut léger, plus léger que le Brent. Il contient environ 0,24 % de soufre, ce qui en fait un brut doux. Il est extrait en Amérique du Nord. Ses propriétés et son site de production le rendent idéal pour être raffiné aux États-Unis.

A. CHANNAJE