Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Nizar Baraka : «Face-à-face concluant» sur Medi1 Tv


Rédigé par Achraf EL OUAD le Jeudi 29 Juillet 2021

Lors de son passage dans un programme télévisé diffusé sur les antennes de Medi1TV, le Secrétaire Général de l’Istiqlal s’est prononcé sur la situation pandémique alarmante, les grands défis des prochaines élections et les lacunes du gouvernement actuel.



«Nous avons toujours essayé d’être justes et de reconnaître au gouvernement ses ‘’exploits’’ car, en fin de compte, l’objectif n’a jamais été leur échec mais plutôt le développement du pays». Ceci dit, le bilan du gouvernement est négatif dans l’ensemble et a connu plusieurs régressions sur divers secteurs bien avant la pandémie, contrairement à ce qu’il déclare.

En réalité, la pandémie n’a que dévoilé la fragilité et l’inefficacité de ces politiques publiques. Le taux de développement économique a régressé et le taux de chômage, par conséquent, a augmenté. Nous sommes aujourd’hui à 12,5%, et 17,5% dans le milieu urbain.

Bilan négatif

Les différences sociales ont également augmenté bien avant la propagation du virus et on enregistre actuellement un taux de 46%, concernant les régions, 3 des 12 régions détiennent 60% du PIB. Sans oublier le tas de réformes inachevées ou qui ne sont pas mises en place telles que la Caisse de Retraite ou la Charte d’investissements. Parmi les calamités que nous avons connues durant le mandat de ce gouvernement est de «voir des membres de la majorité voter contre des projets élaborés et présentés par le gouvernement, c’est un précédent dans un gouvernement marocain».

Dans le même contexte, le patron de l’Istiqlal a affirmé que le défi des prochaines élections est d’avoir «un gouvernement plus cohérent et homogène qui évolue en coopération et qui adopte une perspective capable d’accélérer le rythme du développement ».

De l’Istiqlal

« Notre parti est né du Mouvement national marocain contre le protectorat et notre objectif a toujours été la libération des Marocains, non seulement du joug de la colonisation, mais aussi de la pauvreté, l’ignorance, l’injustice et tout ce qui est susceptible de nuire à leur dignité. Notre parti a été, tout au long de l’Histoire, très actif, que ce soit en majorité ou en opposition ».

«Le Parti est en très bon état et a repris sa confiance en soi après le 17ème congrès et il est très indépendant dans toutes ses décisions et orientations». Le chef du parti de la Balance n’a pas manqué de souligner que tous les membres du parti travaillent en harmonie et homogénéité, et bien qu’il y ait des points de vue différents, le bien du pays les unifie.

Programme électoral

En gros, l’Istiqlal, par la voix de son Secrétaire Général, ne cesse d’appeler à une véritable alternance démocratique qui soit sociale. Au fur et à mesure que le temps passe, les contours de son programme se dessinent. Les classes moyennes y sont au coeur.

Nizar Baraka a réitéré son engagement à baisser l’IR sur les revenus moyens et à plafonner les prix des hydrocarbures, fruit d’un jeu concurrentiel faussé et tordu. M. Baraka s’est engagé également à augmenter l’investissement public dans l’Education et la Santé pour reconstruire l’école et l’hôpital publics. Concernant la politique économique, le leader de l’Istiqlal veut se concentrer sur les PME, qui méritent, selon lui, le plus d’attention, vu qu’elles constituent la majorité du tissu économique national. Il a également promis de résoudre le problème des professeurs contractuels.
 
Achraf EL OUAD