Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Nagorny-Karabakh : Un armistice au goût de la reddition


le Mardi 10 Novembre 2020

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé un cessez-le-feu au Haut-Karabakh. Une reddition d’Erevan qui consacre les victoires militaires de Bakou.



Nagorny-Karabakh : Un armistice au goût de la reddition
Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, dans un communiqué diffusé par les médias, que Bakou et Erevan, sous les auspices de son pays, sont parvenus à un accord sur un «cessez-lefeu global» dans la région, qui est entré en vigueur lundi soir.

« Le 9 novembre, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan et le président de la Fédération de Russie, ont signé une déclaration prévoyant un cessez-le-feu global et la fin de toutes les opérations militaires dans la zone de conflit du Haut-Karabakh », a souligné le président russe. «L’accord stipule que les deux parties au conflit maintiennent» les sites qu’elles contrôlent «, ce qui signifie que les séparatistes arméniens perdent le contrôle d’une grande partie de la région après avoir été vaincus par les forces azerbaïdjanaises.

La déclaration de Poutine est intervenue quelques minutes après que le Premier ministre arménien a annoncé qu’il avait signé un accord «douloureux» avec l’Azerbaïdjan et la Russie pour mettre fin à la guerre dans la région contestée. «J’ai signé une déclaration avec les présidents russe et azerbaïdjanais pour mettre fin à la guerre au Karabakh», a déclaré Pashinyan dans un communiqué sur sa page Facebook, décrivant cette étape comme «indescriptiblement douloureuse, pour moi personnellement ainsi que pour notre peuple».

La chute de Shusha, tournant dans la guerre
Dès que la nouvelle s’est répandue, des milliers de manifestants en colère ont afflué vers le siège du gouvernement à Erevan, pris d’assaut et vandalisé par quelques centaines d’entre eux, selon un journaliste de l’AFP. 

Les manifestants ont scandé des slogans condamnant le Premier ministre, dont «Nicole un traître».

La conclusion de cet accord est intervenue peu de temps après que les forces azerbaïdjanaises ont annoncé qu’elles avaient pris le contrôle de Shusha, la ville stratégique située à 15 km de la capitale de la région séparatiste, Stepanakert, ce que les forces séparatistes ont démenti.

Dans sa déclaration, Pashinyan a affirmé qu’il avait pris la décision de signer l’accord de cessezle-feu «après une analyse approfondie de la situation Saëb Erakat (G) lors d’une rencontre avec Mahmoud Abbas (D) et Ehud Olmert (de dos). militaire», faisant référence aux progrès réalisés par les forces azerbaïdjanaises au cours des six dernières semaines, soulignant que cet accord est «la meilleure solution disponible dans la situation actuelle».

Cependant, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, a parlé d’un «document de reddition» qu’Erevan a été contraint de signer après six semaines de combats.

«Nous avons forcé le Premier ministre arménien à signer le document», a déclaré Aliyev dans un discours télévisé. «Il s’agit essentiellement d’un document de reddition».

Il a ajouté: «J’ai dit que nous allons expulser les Arméniens de nos terres, et nous l’avons fait». 

 

  


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 24 Novembre 2020 - 22:34 Etats-Unis : Enfin, Trump jette l’éponge