L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   
Sport

Mondial / Infantino en conférence de presse ce samedi matin : ‘’Nous organisons une Coupe du monde de football. Nous n’allons pas faire la guerre !’’


Rédigé par A.KITABRI le Samedi 19 Novembre 2022



En conférence de presse ce samedi matin, à la veille de l’ouverture de la Coupe du Monde, le président de la FIFA a révélé son agacement quant aux commentaires et prises de positions négatives notamment européennes. Une seule phrase résume cet agacement:
 
"La seule chose que je vous demande c'est d'arrêter de débattre de ces sujets. Nous n'organisons pas de guerre, nous organisons une Coupe du monde de football à Doha. Nous n’allons pas faire la guerre !’.

Voici des extraits rapportés par Onze mondial:
 
Sur les discriminations :
"Aujourd'hui, je me sens qatarien, arabe, africain, gay, handicapé, travailleur migrant. Je me sens comme eux et je sais ce que c'est que d'être victime d'intimidation étant enfant. J'avais les cheveux roux et j'ai été victime d'intimidation. J'ai pleuré. Si je lisais la presse, je serais déprimé. Je suis le fils de travailleurs migrants, dans des conditions très difficiles en Suisse, comment ils vivaient et les droits qu'ils avaient. J'ai vu comment ceux qui ont essayé d'entrer dans le pays ont été traités. Le Qatar a progressé et nous en reparlerons, comme j'espère aussi que nous parlerons de football, si vous n'êtes pas fatigué. La FIFA est fière d'être ici. Cela me fatigue de lire des commentaires sur des personnes et des décisions d'il y a douze ans. Ce sera la meilleure Coupe du monde. Ce que les gens veulent, c'est le football."
 
Sur les travailleurs :
 "Ce qui est triste, c'est que ces dernières semaines, nous avons assisté à un double standard. Les Européens nous donnent beaucoup de leçons. Je suis un Européen et nous devrions nous excuser de donner des leçons. Combien d'entreprises européennes gagnent de l'argent ici ou dans d'autres pays de la région et ont pris soin des travailleurs ? Aucune. Peut-être qu'elles gagneraient moins si elles le faisaient. Nous l'avons fait. Ici, je défends le football et les injustices. La FIFA s'en soucie et le Qatar aussi. Savez-vous combien de journalistes sont venus à un événement sur les handicapés il y a deux jours ? Quatre."
 
Sur les conditions :
"Des milliers de travailleurs migrants meurent et personne ne s'en souvient. Le Qatar a proposé à de nombreux migrants de gagner dix fois plus que dans leur pays. En Europe, nous ne le permettons pas. On ne peut pas fermer les yeux sur des choses qui ne marchent pas au Qatar, mais la moralité à sens unique est tout simplement de l'hypocrisie. Cette Coupe du monde va aider beaucoup pour ouvrir les yeux."
 
Sur la communauté LGBT :
"J'ai beaucoup parlé avec les dirigeants et tout le monde est le bienvenu. L'avis d'un ou deux n'est pas celui d'un pays. C'est une exigence qui sera respectée. Les portes commencent à s'ouvrir. Je demande que nous essayions de nous unir, ce n'est pas une guerre. La ville est belle et les gens sont heureux."
 
Sur les faux fans :
 "De faux fans ? Un Indien ne peut-il pas soutenir l'Allemagne ? C'est du pur racisme. Il faut y mettre fin. La tolérance commence avec nous."
 
Sur l'alcool :
 "C'est une décision commune avec la FIFA et le gouvernement qatari. Il y aura plusieurs milliers de personnes dans les fanzones et possiblement des milliers de personnes alcoolisées. Et si vous ne pouvez pas boire d'alcool pendant trois heures, je pense que vous pourrez survivre. Il y a beaucoup de pays qui interdisent l'alcool dans les stades, comme la France, mais vu que c'est un pays musulman, ça pose problème."
 
Sur les changements au Qatar :
 "Laissons les gens profiter de la Coupe du monde. S'ils veulent, ils peuvent me crucifier, mais laissez le football, les footballeurs. Essayons de nous unir, pas de créer des conflits. Célébrons la Coupe du monde et j'espère que les gens pourront rire. Les gays sont les bienvenus au Qatar. C'est un processus et on oublie ce qu'on a vécu. J'accepte les critiques."
 
 








🔴 Top News