Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Masques de protection: Le Maroc rejoint la course mondiale aux exportations

Masques de protection


Rédigé par la rédaction le Lundi 4 Mai 2020



Masques de protection: Le Maroc rejoint la course mondiale aux exportations
Depuis les premiers jours de la crise sanitaire au Maroc, le royaume s’est lancé dans la fabrication des masques de protection 100 % «made in Morocco», vendus à 80 centimes l’unité. En subventionnant les entreprises à travers le Fonds spécial Coronavirus, dix-neuf usines de textile locales se sont reconverties pour produire des unités à partir de matériau non tissé. Un exploit qui a permis au Maroc, de rendre le port du masque obligatoire depuis le 7 avril.

Aujourd’hui les usines nationales produisent près de 7 millions de masques par jour et permettent au Royaume, en plus de satisfaire la demande interne, de se lancer dans l’exportation et de se positionner dans la course mondiale aux masques. Ceci dit, il est important de préciser que le Maroc produit deux catégories de masques. Le premier, commercialisé à 80 centimes l’unité, ne peut être exporté du fait qu’il est subventionné. La deuxième catégorie concerne les masques en tissu, lavables et réutilisables pendant une semaine.

Ce ne sont pas moins de trente-quatre entreprises qui se sont lancés dans la fabrication de ces derniers, dont une partie est destinée à l’exportation. Pour rappel le ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy avait annoncé qu’il a conclu un deal arrangé avec les industriels qui produisent des masques en utilisant des tissus importés et soumis au régime d’admission temporaire. Les entreprises en question sont dans l’obligation de réserver au moins 50% de leur production aux besoins du marché national.

D’après le ministre cinq de ces entreprises exportent déjà la moitié de leur production en Europe, alors que d’autres vont être autorisées à le faire d’ici à quelques semaines, vu le nombre de demandes de pays étrangers et puisque le besoin national est comblé.