Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Maroc-Espagne : L’étau judiciaire se resserre autour de Ghali


Rédigé par A.A le Mardi 25 Mai 2021

L’Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l’Homme a devancé les plans de fuite de Brahim Ghali en demandant à l’Audiencia Nacional le retrait de son passeport. Une requête qui vient accentuer la pression judiciaire sur le leader des séparatistes du Polisario.



Nouveau rebondissement dans l’affaire Brahim Ghali : l’Association Sahraouie pour la Défense des Droits de l’Homme, ou ASADEHD, vient de présenter à l’Audiencia Nacional une demande de retrait de passeport visant Brahim Ghali, leader des séparatistes du Polisario. Une demande qui vient suite aux déclarations du numéro 2 des séparatistes du Polisario, Salim Lebsir, à la presse espagnole, notamment le site d’information Ok Diario, où il assurait que « Brahim Ghali, une fois sur pieds, devrait quitter le territoire espagnol, sans comparaître devant la justice ».

Une déclaration assimilée par les représentants légaux de l’ASADEHD comme une volonté affichée d’exfiltrer Brahim Ghali du territoire espagnol. Cette demande de retrait de passeport vise ainsi à assurer la comparution du leader des séparatistes devant l’Audiencia Nacional à Madrid. Ghali est, pour rappel, convoqué par la Cour numéro 5 de la plus haute juridiction espagnole, le 1er juin prochain. Le chef du Polisario devra ainsi répondre d’une série d’accusations dont le viol, la détention forcée, la torture….

Parallèlement, le réchauffement de l’affaire catalane, sur fond de réforme de l’autorité judiciaire espagnole, a relégué la crise entre Rabat et Madrid au second plan pour la presse espagnole. Une hiérarchisation de l’information propre à l’actualité espagnole, qui a eu pour effet de diminuer la parution d’articles et tribunes sensationnalistes sur le Maroc et favoriser la parution d’articles de fond et d’analyse sur la crise en cours. A l’image du site El Confidencial qui s’est intéressé à « tout ce que l’Espagne fait pour le Maroc et qui ne transcende pas ».

Un article qui rappelle ce que le journaliste du site décrit comme un « soutien en sous-main de la diplomatie espagnole au Maroc sur la question du Sahara ». Selon le site d’information, Madrid aurait notamment soutenu discrètement le Royaume au niveau de l’ONU, adopté une « posture passive concernant le blocus économique de Sebta et Mellilia » ou encore « neutralisé Podemos sur la question du Sahara ». Une discrétion justement critiquée par la diplomatie marocaine qui, dès le déclenchement de la crise, a appelé ses partenaires européens, Espagne en tête, à adopter une position franche sur le dossier du Sahara.

40 ans de relations envenimées

C’est le titre qu’a choisi le quotidien El Mundo pour récapituler les relations tumultueuses qu’entretiennent le Maroc et l’Espagne depuis plus de 40 ans. L’article revient ainsi sur la prédilection d’Adolfo Suarez pour la chasse aux faisans sous les cieux marocains, les tensions et tractations qui ont émaillé le processus de rétrocession des provinces du Sud dans les années 1970 ou encore les années Aznar où les deux Royaumes ont évité de peu le conflit ouvert.

Crainte sur la lutte anti-terrorisme

Le site d’information OK Diario a, de son côté, exprimé ses craintes sur le gel de la coopération anti-terroriste suite à la crise ouverte entre Rabat et Madrid. Le portail rappelle ainsi que l’Espagne se trouve actuellement en état d’alerte anti-terroriste de niveau 4 (le seuil maximal étant de 5) et cite des responsables sécuritaires espagnols qui s’inquiètent de l’arrêt de la coopération maroco-espagnole, pour « une frivolité ». Le site a par ailleurs soutenu que la fuite dans les médias de l’hospitalisation de Ghali en Espagne a été facilitée par la DGSE française.   

  


Dans la même rubrique :
< >