Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Marché du médicament au Maroc : le bilan inquiétant du Conseil de la Concurrence


Rédigé par le Dimanche 7 Février 2021

Le Conseil de la Concurrence (CC) a récemment rendu public un avis relatif à la situation de la concurrence dans le marché du médicament au Maroc. Détails de l’analyse de la concurrence sur ce marché.



Marché du médicament au Maroc : le bilan inquiétant du Conseil de la Concurrence
L’avis en question a été émis suite à une demande intervenue dans un contexte où la santé et, plus particulièrement, les médicaments sont devenus un enjeu socio-économique déterminant pour l’avenir de notre pays. Constat confirmé par les impacts et les impératifs de la pandémie Covid-19.

L’objet de la demande d’avis porte particulièrement sur la cherté des prix des médicaments « qui seraient plus élevés par rapport à ceux ayant cours dans certains pays voisins », peut-on lire dans le document dudit Conseil.

Analyse de la concurrence sur le marché national du médicament

« Le secteur du médicament n’est pas un marché normal soumis totalement aux règles de l’offre et de la demande et à la libre concurrence. Il est caractérisé par l’intervention de l’État, à travers une réglementation très stricte, et ce dans le but de protéger la santé des citoyens, en tant que service public, et de garantir l’accessibilité aux médicaments au prix juste et à la qualité meilleure », note le Conseil.

Cependant, le Conseil de la Concurrence relève plusieurs défaillances dans l’état de la concurrence dans ce secteur au Maroc. Il s’agit, entre autres, du cadre légal inadéquat et parfois dépassé qui régit le secteur, d’une politique pharmaceutique fragmentée et incohérente et d’une gouvernance inefficace du marché du médicament : « un régulateur mis sous tutelle et amputé de ses prérogatives initiales qui lui garantissaient une réelle indépendance », peut-on lire dans l’avis.

La faible consommation des médicaments, le système de remboursement des médicaments peu transparent et affecté par une couverture médicale non généralisée, les absences d’objectifs ciblés de la commande publique et d’une véritable politique publique du médicament générique, le modèle de vente en gros et au détail en crise sont également des aspects négatifs remarquables qui font défaut au marché national du médicament.

Aussi, le Conseil met en exergue l’inefficacité du processus de détermination des prix des médicaments qui donne des résultats sans incidences positives en termes d’accès des citoyens aux médicaments.

Recommandations opérationnelles du Conseil

Dans le but de contribuer à changer les conditions de la concurrence sur le marché national du médicament, le Conseil de la Concurrence a émis, sur la base de son analyse, une série de mesures qui s’articulent autour de quatre axes principaux, à savoir l’élaboration d’un écosystème national du médicament efficace, porté par une industrie pharmaceutique solide et un système national d’innovation et de formation approprié, la redéfinition des modalités de régulation du marché du médicament, une réforme en profondeur du cadre juridique organisant le marché du médicament et le développement de nouveaux leviers pour améliorer la situation de la concurrence dans le marché des médicaments.