Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Lutte contre la traite d’êtres humains : Le Maroc rejoindra la campagne mondiale « Cœur Bleu »


Rédigé par A. CHANNAJE le Lundi 27 Juillet 2020

Le 30 juillet, c’est la Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains. Pour la célébrer, une série d’activités sont prévues au Maroc du 27 au 29 juillet.



Lutte contre la traite d’êtres humains : Le Maroc rejoindra la campagne mondiale « Cœur Bleu »
Cette année, le thème de cette Journée, proclamée par l’Assemblée générale de l’ONU en 2013, met à l’honneur les travailleurs de première ligne, c’est-à-dire les personnes qui sont les premières à intervenir pour mettre un terme à ce crime. Il s’agit d’hommes et de femmes qui travaillent dans différents domaines et qui permettent d’identifier, de soutenir, de conseiller et d’accompagner les victimes ou de lutter contre l’impunité des trafiquants, souligne l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC).

« Partout dans le monde, la pandémie de Covid-19 a mis en évidence l’importance et le rôle des travailleurs de première ligne, tandis que les restrictions de mouvement imposées par de nombreux gouvernements pour contrer le Coronavirus ont rendu leur tâche de plus en plus complexe », souligne l’agence onusienne spécialisée dans un communiqué. 

Et d’ajouter: « À travers les récits d’intervenants de première ligne qui décrivent leur travail avec les victimes, nous souhaitons mettre en lumière leur contribution, ainsi que celle de leur institution, de leur organisation et de leur équipe à la lutte contre la traite d’êtres humains: les agents des forces de l’ordre, les travailleurs sociaux, les professionnels de la santé, le personnel des organisations non gouvernementales et bien d’autres encore, qui s’emploient partout à protéger les personnes vulnérables ».

Cette Journée sera l’occasion de partager des messages positifs qui mettent en avant l’important travail réalisé par ces intervenants de première ligne, en rappelant combien leurs actions doivent être soutenues et doivent se poursuivre. Les témoignages mettront aussi l’accent sur la manière dont ces travailleurs continuent à lutter contre la traite d’êtres humains pendant la pandémie de Covid-19, indique la même source.

Commission nationale 

A l’instar des autres pays du globe, le Maroc célèbre cette Journée à travers une série d’activités sur la période allant du 27 au 29 juillet, à l’initiative de la Commission nationale de coordination des mesures de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains en collaboration avec le bureau Maroc de l’ONUDC et l’Union Européenne. Ainsi, une cérémonie sera organisée, ce lundi 27 juillet, à l’Institut Supérieur de la Magistrature avec la participation du ministre de la Justice, des membres de la Commission nationale, et des représentants des partenaires internationaux. L’occasion pour le lancement et la diffusion sur les chaînes nationales et les plates-formes en ligne d’une capsule vidéo informative portant sur la présentation de la Commission nationale ainsi que ses missions.

Chargée de l’élaboration d’un plan national et de mécanismes efficients de lutte contre la traite des êtres humains, cette commission nationale, faut-il le rappeler, a été créée en vertu du décret de 2018. Lancée en mai 2019, cette commission nationale regroupe des représentants de plusieurs départements ministériels, et devra soumettre des propositions au gouvernement pour faire face à ce phénomène.

Loi 27-14

Sans oublier la loi 27-14 adoptée en 2016 qui vise, elle-aussi, à lutter contre la traite des êtres humains. « On entend par traite des êtres humains, le fait de recruter une personne, de l’entraîner, de la transporter, de la transférer, de l’héberger, de l’accueillir ou le fait de servir d’intermédiaire à cet effet, par la menace de recours à la force, le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, d’enlèvement, de fraude, de tromperie ou d’abus d’autorité, de fonction ou de pouvoir ou l’exploitation d’une situation de vulnérabilité, de besoin ou de précarité, ou par le fait de donner ou de percevoir des sommes d’argent ou d’avantages pour obtenir le consentement d’une personne ayant autorité sur une autre personne aux fins d’exploitation », stipule son article 1.

Malgré ces efforts, le Département d’Etat américain, dans un récent rapport consacré au trafic des personnes, estime que l’arsenal juridique reste encore en-deçà des garanties minimales pour mieux éradiquer le phénomène. Publié en juin dernier, le rapport classe ainsi le Maroc dans la deuxième catégorie, qui inclut les Etats dotés d’outils pour multiplier les efforts dans leur lutte, mais sans que les actions effectives ne soient au niveau des attentes. Comparé à 2019, le Maroc a montré cependant des efforts sensibles, selon le Département américain. Celui-ci évoque une augmentation des poursuites et des condamnations des trafiquants d’êtres humains, ainsi qu’un meilleur mécanisme d’identification et de prise en charge des victimes.

Campagne « Cœur Bleu »

Au programme aussi de cette journée du 27 juillet, l’adhésion officielle du Maroc, à travers la Commission nationale, à la campagne « Cœur Bleu » de l’ONUDC contre la traite des personnes. Une initiative mondiale de sensibilisation pour lutter contre la traite des personnes et son impact sur la société. Elle vise à encourager la participation des gouvernements, de la société civile, du secteur privé et des individus, pour agir et prévenir ce crime. Toujours dans le cadre de cette Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains, l’ONUDC et la Délégation européenne au Maroc organisent le 28 juillet, en collaboration avec la Commission nationale chargée de la coordination des mesures de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains, un séminaire en ligne destiné à une centaine d’assistants sociaux au Maroc.Une équipe d’experts marocains, regroupant un groupe d’assistants sociaux, qui ont été formés et accompagnés dans le cadre du programme GLO.ACT, en collaboration avec les experts de l’ONUDC Maroc, assureront ce séminaire. Par ailleurs, la journée du 29 juillet sera consacrée à des visites de terrain à Rabat, dont un tribunal, une association, un hôpital, ainsi qu’une cellule de prise en charge des femmes et filles victimes de violences, pour disséminer un kit de sensibilisation sur la lutte contre la traite des personnes. Selon un rapport des Nations-Unies, 70% des victimes de la traite dans le monde sont des femmes et des filles qui sont soumises à l’exploitation sexuelle, la mendicité, le travail forcé, le trafic d’organes et plusieurs autres formes d’exploitation.

A. CHANNAJE

Repères

Programme GLO.ACT 
Mis en œuvre par l’Union Européenne et l’Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime, en partenariat avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le programme GLO. ACT aide les autorités gouvernementales, les organisations de la société civile, les victimes de la traite des êtres humains et les migrants faisant l’objet d’un trafic illicite. Grâce à des interventions ciblées, innovantes et axées sur la demande, le programme assistera les pays sélectionnés à élaborer et à mettre en œuvre des réponses nationales globales de lutte contre la traite des êtres humains et la contrebande. Financé par l’UE, le programme veillera également à ce que les acteurs de la protection formés aient accès et comprennent les normes et ressources mondiales sur l’assistance aux migrants vulnérables.
Traite des êtres humains
Cette expression désigne le fait de recruter, transporter, transférer, héberger ou accueillir une personne en ayant recours à la force, à la contrainte, à la tromperie ou à d’autres moyens, en vue de l’exploiter. La traite des êtres humains est un crime qui fait honte à tous. Chaque année, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants sont victimes de la traite des personnes dans leur pays ou à l’étranger. Par la contrainte, la duperie ou la force, ils sont exploités pour leur force de travail, pour le sexe ou pour leurs organes. Presque tous les Etats sont touchés par ce crime contre l’humanité, comme pays d’origine, de transit ou de destination des victimes. La traite des êtres humains peut être une entreprise lucrative et les responsables sont souvent liés à la criminalité organisée. Pourtant, la traite affectant généralement des individus en marge de la société, peu de ces trafiquants sont jugés et la plupart des victimes ne seront probablement jamais identifiées et aidées.
ONUDC
L’Office des Nations-Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) est un organe du Secrétariat des Nations-Unies dont le siège est à l’Office des NationsUnies de Vienne en Autriche. Fondée en 1997, par la fusion du Programme des Nations-Unies pour le contrôle international des drogues et du Centre pour la prévention internationale du crime des Nations-Unies, l’organe fut initialement appelé Bureau du contrôle des drogues et de la prévention du crime et rebaptisé en octobre 2002. Sa mission est d’assister les Etatsmembres dans la réalisation de l’objectif de sécurité et de justice pour tous en rendant le monde plus sûr face à la criminalité, aux drogues et au terrorisme.

  


Dans la même rubrique :
< >