Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Ligue des champions : le Raja sorti par Teungueth, un novice d’Afrique


Rédigé par Mohamed MELLOUK le Jeudi 7 Janvier 2021

RCA-TFC : 1-3 (après tirs au but)



Ligue des champions  : le Raja sorti par Teungueth, un novice d’Afrique
C’est un véritable séisme dans la hiérarchie footballistique africaine. Un roocky du Continent qui vient de la Terenga, fief du foot sénégalais, sort un grand d’Afrique, le Raja de Casablanca, demi-finaliste de la catégorie-reine des compétitions africaines, la Ligue des Champions 2020.

Une véritable piscine
Sous des pluies torrentielles qui ont transformé le champ de jeu, du Complexe Sportif Mohammed V de Casablanca, en une véritable piscine, s’est déroulé un match de tout sauf de foot : glissades, accrochages, collisions, utilisations des pieds et des mains, quelques échauffourées et arbitrage (algérien si, si !). Et il s’appelle Lahlou Benbrahim ! Ce dernier d’entrée de jeu, prive le Raja de Casablanca d’un penalty que toute la planète-foot a vu. Sauf Lahlou… l’Algérien !

Ni les Verts, ni leur coach, Jamal Sellami qui, d’ailleurs, n’est pas étranger à cette défaite, n’avaient imaginé une sortie aussi honteuse. Sellami avait les 45 premières minutes pour trouver une solution à ce dilemme auquel nul n’attend en l’occurrence, l’intervention de la météo. Cette dernière avait déjà annoncé un temps super pluvieux. Mais cela va se confirmer avant le début du match ! Il pleuvait à torrents. Certes nul ne peut contrecarrer les éléments de la nature; Toutefois, il y avait toujours un moyen de les détourner ou les contourner. Ce que le coach Sellami n’a pas réussi à faire. Lors de ces 32èmes de Finale de la Ligue des Champions, le RCA et son immense public, bloqué par les intempéries et le Corona virus devant leurs écrans de télévision, étaient, pourtant, confiants que leurs favoris enjamberaient leurs adversaires qui viennent de faire leurs premiers pas en Coupe d’Afrique des club champions.

Aucune issue…
Les joueurs du Raja avaient constaté de visu que le champ de jeu était un véritable étang. En pro, ils auraient dû trouver, par eux-mêmes, la solution. Et l’entraîneur aurait dû leur tenir un langage plus réaliste sur la situation. Eh ben, ni les joueurs, ni leur coach n’avaient trouvé une issue. Certes, les joueurs voyant qu’il était ardu de faire circuler le ballon recoururent aux passes longues. Les défenseurs sénégalais n’en demandaient pas à plus. Leur physique et leur engagement leur donnaient une longueur d’avance sur les Casablancais. Rien ne pouvait les déstabiliser ! Ni les envolées ratées de Rahimi, ni l’engagement de Saâdaoui, ni les passes latérales de Mitouali… toutes les tentatives marocaines se brisant sur la certitude et la confiance acquises au fil des minutes par les coéquipiers de Sarr.

Arrivés à l’épreuve fatidique des tirs au but, les plus avertis avaient pensé qu’il en était fait du Raja. Les tireurs du Raja ont tous presque raté leurs pénos. Même Mitouali, qui ne rate presque jamais, a envoyé le ballon dans le décor.

Bye bye le Raja ! A la saison prochaine, s’il remporte le titre de champion du Maroc.

Mais là, c’est une autre paire de manches…

Les erreurs de Sellami
Outre le mach que tous les sportifs avaient suivi sur les écrans de télé, il serait intéressant de passer en revue quelques erreurs que Sellami a commises lorsqu’il rappela sur le banc de touche Mohamed Zrida pour le suppléer par Aberrahim Echchakir. Que pouvait apporter l’ex-joueur de l’AS FAR plus que Zrida qui a affiché une excellente santé depuis qu’il a remplacé Abdelilah Hafidi. Pourquoi a-t-il gardé Abdeljalil Jbira en très « mauvais état ». Jbira n’est plus ce qu’il était. Et pourtant l’entraîneur du Raja persiste à lui donner plusieurs chances qu’il n’a pas accordée à d’autres (suivez notre regard !).