L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Liban : Propagation rapide du choléra, cinq décès


Rédigé par L'Opinion Mercredi 19 Octobre 2022

Le ministre sortant de la Santé, Firas Abiad, a exprimé mercredi son inquiétude face à l'épidémie de choléra au Liban, notant une "propagation rapide de la maladie".



Lors d'une conférence de presse, le ministre sortant a annoncé que le Liban a enregistré deux décès supplémentaires dus au choléra, portant le bilan total à cinq morts. Le Liban a également enregistré 80 nouveaux cas depuis son dernier rapport du 17 octobre, ce qui porte à 169 le nombre de cas de choléra confirmés depuis le début de l'épidémie, a déclaré à L'Orient Today la directrice du département de médecine préventive du ministère de la Santé, Atika Berri. Si la plupart des cas ont été enregistrés "parmi les réfugiés (syriens)", il y a  "une augmentation des cas parmi les Libanais".

Le ministre a indiqué qu'après une enquête plus approfondie, la plupart des cas de décès sont attribués au fait qu'ils n'ont pas reçu de soins médicaux, invitant les personnes qui se sentent mal et qui pensent avoir contracté le choléra à se rendre à l'hôpital. Abiad a ajouté que le ministère a pu détecter une contamination dans une masse d'eau qui a été utilisée pour arroser les cultures dans le Nord, notant que cela a favorisé la propagation de la maladie d'origine hydrique.

Mercredi, M. Abiad a réaffirmé que les usines de traitement de l'eau dans le Nord n'étaient pas suffisamment alimentées en électricité, ce qui compromet la qualité de l'eau et favorise la propagation de la maladie. Il a fait état de fréquentes coupures de courant dans les stations de pompage, notant que "l'eau qui reste dans les tuyaux devient polluée au bout d'un certain temps".

L'UNICEF à la rescousse
 
Le ministère de la Santé "a pu obtenir des quantités suffisantes de chlore qui seront distribuées", a poursuivi le ministre sortant, indiquant que le ministère "travaille à la préparation d'un hôpital de campagne à Ersal dans la Békaa, alors que huit hôpitaux de campagne sont prêts pour la distribution de fournitures médicales".

Le 6 octobre, la première épidémie de choléra au Liban depuis près de trois décennies s'est propagée dans les zones rurales du nord du pays, suscitant des inquiétudes quant à la possibilité que la maladie atteigne davantage de personnes ou, pire, qu'elle submerge le système de santé publique déjà effondré.

Dans un rapport publié lundi, le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) a déclaré qu'une partie de la mission de son équipe spéciale de lutte contre le choléra au Liban consistera à acheter et à distribuer "de l'eau de Javel, du désinfectant pour les mains, du savon liquide et des comprimés de purification de l'eau à 1731 écoles publiques (première et deuxième équipes du primaire), à des écoles secondaires et à des établissements d'enseignement technique et professionnel, ainsi qu'à 361 écoles privées gratuites".
 
13.000 cas de choléra signalés en Syrie
 
L'UNICEF a également ajouté que depuis le 8 octobre, l'organisation "a distribué 80.000 litres de carburant aux stations de pompage d'eau et aux stations de traitement des eaux usées dans des endroits où des cas de choléra ont été confirmés ou suspectés. Elle a acheté des fournitures médicales d'urgence pour traiter le choléra - y compris 150.000 sels de réhydratation orale et 50 kits de traitement du choléra", ce qui "permettra de traiter 5.000 cas de choléra et les symptômes, y compris la diarrhée modérée à sévère", et "a formé 900 travailleurs de première ligne et partenaires sur la sensibilisation au choléra, y compris la transmission, les symptômes, le traitement, la prévention, la FAQ et les mécanismes d'orientation".

Selon le décompte le plus récent de l'Organisation mondiale de la santé, les cas au Liban surviennent après que plus de 13.000 cas de choléra et 60 décès ont été signalés dans la Syrie voisine depuis août. Selon les experts en infrastructures hydrauliques du pays, l'approvisionnement général en eau des ménages libanais présente un risque moindre que les fruits et légumes contaminés, et des mesures de protection ont été mises en place pour réduire les risques de contamination de l'approvisionnement en eau des habitations.
 
 


40.000 livres pour un dollar : la dégringolade de la monnaie locale se poursuit

La livre libanaise s'échange à plus de 40.000 pour un billet vert, après s'être stabilisée autour de 38.000 LL durant des semaines. Malgré cela, la banque centrale du pays continue d'imprimer des billets, renforçant encore davantage l'usage du dollar, l'autre monnaie d'usage. Jusqu'où s'enfoncera la livre libanaise ? La devise nationale du pays, en proie à la pire crise économique de son histoire, a atteint sur le marché noir un pallier historique, à 40.000 livres pour un billet vert américain.

Alors que la communauté internationale pousse l'Etat du Proche-Orient à se réformer, l'assainissement de sa classe politique au pouvoir semble toujours illusoire. En à peine trois ans, la valeur de la monnaie nationale comparée au dollar a été divisée par dix. « Si la livre continue de s'effondrer, c'est tout simplement parce qu'il n'y a pas de plan de réforme global », a déclaré à l'AFP Michel Fayad, analyste politique et financier.

Le Fonds monétaire international (FMI) a aussi épinglé le Liban à plusieurs reprises pour sa lenteur dans la mise en œuvre de réformes préalable au déblocage des aides financières dont le pays a besoin. Mais rien ou personne ne semble y remédier. Jeudi, la patronne du FMI a appelé les dirigeants libanais à « faire passer leur pays et leur population d'abord » afin de sortir de la crise économique qui secoue le pays depuis 2019.
 



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2023 - 15:06 Syrie : L'ONU tire la sonnette d’alarme

Jeudi 26 Janvier 2023 - 10:40 Guerre en Ukraine : Kiev obtient enfin ses chars







🔴 Top News