L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



International

Liban-Israël : Phase finale des négociations sur la frontière maritime ?


Rédigé par L'Opinion le Mardi 20 Septembre 2022

Selon Aoun, les négociations pour délimiter la frontière maritime avec Israël « sont dans leur phase finale », alors que Tel-Aviv menace d’exploiter la plateforme Karish, avec ou sans accord.



Le Président libanais Michel Aoun a annoncé lundi que les négociations pour délimiter la frontière maritime sud avec Israël "sont dans leur phase finale, d'une manière qui garantit les droits de Beyrouth l'exploration du gaz et du pétrole".

La déclaration d'Aoun est intervenue lors de sa rencontre avec la coordonnatrice spéciale des Nations Unies au Liban, Joanna Wronecka, au palais présidentiel à l'est de la capitale, Beyrouth, indique un communiqué de la Présidence.

Aoun a déclaré que "les négociations pour délimiter les frontières maritimes du sud sont dans leur phase finale, d'une manière qui garantit les droits du Liban à rechercher du gaz et du pétrole dans les champs spécifiés de sa zone économique exclusive".

Il a ajouté que "la communication avec le médiateur américain, Amos Hochstein, se poursuit sur certains détails techniques liés au processus de démarcation".

Il a exprimé son espoir que l'exploration dans les eaux libanaises contribuerait à la reprise de l'économie, qui a connu un ralentissement important au cours des dernières années, ainsi qu'au renforcement de la sécurité et de la stabilité dans le sud du pays.

Il a estimé que "la coordination entre les forces internationales opérant dans le sud (FINUL) et l'armée libanaise est nécessaire pour assurer le succès de la mission de maintien de la paix et de la sécurité aux frontières".

Israël est prudemment optimiste quant à la conclusion d'un accord avec le Liban sur la démarcation des frontières maritimes entre les deux parties.
 
Optimisme prudent à Tel-Aviv
 
Mardi dernier, la société de radiodiffusion (officielle) israélienne a rapporté, citant un responsable israélien ayant requis l'anonymat, qu'"il y avait un optimisme prudent en Israël concernant les négociations sur la démarcation de la frontière maritime avec le Liban".

Le 9 septembre, une source officielle libanaise a déclaré à l'Agence Anadolu qu'un accord pourrait être trouvé pour délimiter les frontières maritimes "prochainement" si certains points en suspens sont atteints concernant la 23e ligne et l'ensemble du champ "Qana", revendiqué par Beyrouth.

La partie nord du champ "Qana" est située dans la zone géographique marine n° 9, et à l'intérieur de la ligne 23, que le Liban considère comme ses frontières maritimes selon les cartes déposées aux Nations Unies, tandis que la partie sud est située à l'intérieur de la 29e ligne.

La même source a souligné sous couvert d'anonymat que le médiateur américain "a passé en revue avec des responsables libanais, lors de sa visite de ce mois, les contacts qu'il a eus avec la société française Total et la partie française après les réunions tenues à Paris il y a quelque temps".

Hochstein a exprimé son optimisme quant à la possibilité de parvenir à un accord.

Le Liban et Israël se disputent une zone marine riche en pétrole et en gaz en Méditerranée, d'une superficie de 860 kilomètres carrés. Les États-Unis supervisent des négociations indirectes entre eux pour régler le différend et délimiter la frontière.
 
Avec ou sans accord, Israël exploiterait la plateforme Karish
 
Toutefois, Israël  a annoncé son intention de commencer à produire du gaz sur la plateforme gazière de Karish, indépendamment de la conclusion d'un accord avec le Liban sur un différend frontalier maritime de longue date entre les deux nations.

Dans une déclaration du bureau du Premier ministre, l'Etat hébreu dit espérer et avoir l'intention de négocier un accord avec Beyrouth mettant fin au différend sur les zones maritimes revendiquées par les deux pays.

Un tel accord, selon la déclaration, devrait "servir les intérêts des citoyens des deux pays. L'accord contribuera grandement à la stabilité régionale".

Israël remercie les médiateurs américains d'avoir œuvré à la conclusion de l'accord. Mais le communiqué note que la production de gaz sur la plateforme de Karish "n'est pas liée aux négociations. La plateforme commencera à produire du gaz sans délai dès que cela sera possible".

En octobre 2020, des négociations indirectes ont commencé entre Beyrouth et Tel-Aviv, sous l'égide des Nations Unies, dans le but de délimiter les frontières, et cinq rounds ont eu lieu, dont le dernier en mai 2021, puis se sont arrêtés suite à des divergences fondamentales.
 


Les missiles du Hezbollah dirigés vers le champ gazier Karish
 
Le chef du mouvement libanais Hezbollah, Hassan Nasrallah, a de nouveau menacé de tirer des missiles sur le champ gazier offshore de Karish, revendiqué par le Liban, si Israël commence à y extraire du gaz, alors que des négociations sur les eaux contestées sont toujours en cours entre Jérusalem et Beyrouth.

Dans un discours télévisé prononcé à l'occasion de la commémoration chiite d'Arbaïn, Nasrallah a évoqué les tests annoncés vendredi par Israël, en vue de raccorder à son réseau le champ gazier offshore de Karish en Méditerranée orientale, qui seront effectués dans les prochains jours.

"La ligne rouge pour nous est qu'il ne doit pas y avoir d'extraction de gaz à Karish", a-t-il déclaré, selon le site d'information Naharnet.

Hassan Nasrallah a ajouté que le Hezbollah "donnait une réelle chance" aux négociations menées sous l'égide des États-Unis, qui visent à délimiter une frontière maritime entre les deux pays afin de lever les obstacles à la prospection d'hydrocarbures.

"Nous suivons les négociations et tous nos yeux, ainsi que nos missiles, sont tournés vers Karish", a déclaré Nasrallah. "Tant que l'extraction n'a pas commencé, il y a une chance de trouver des solutions".

"Nous ne permettrons pas que le pétrole et le gaz soient extraits du champ contesté de Karish avant que le Liban n'obtienne une réponse positive ses demandes légitimes", a-t-il ajouté.

La semaine dernière, la société Energean Plc, qui détient la licence pour développer Karish, avait annoncé qu'elle était prête à commencer dans quelques semaines la production de gaz sur ce champ offshore.
 
 








🔴 Top News










 
Other