Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Liban-Israël : Le chantage aux sanctions US


le Vendredi 4 Décembre 2020

Le Liban doit baisser son plafond de négociation, ou sera exposé aux sanctions américaines.



Liban-Israël : Le chantage aux sanctions US
L’émissaire américain pour les discussions sur le tracé des frontières libano- israéliennes, avait décidé de reporter le round d’avant-hier mercredi, de négociations indirectes, sans toutefois suspendre son arrivée à Beyrouth. John Deroche a porté au président de la République, le général Michel Aoun et à la direction de l’armée, toujours attachés à la superficie de 2 200 kilomètres carrés, l’exigence américaine de faire revenir le Liban sur sa position.

La demande surprise des ÉtatsUnis d’Amérique de reporter la session de négociations indirectes pour délimiter les frontières qui était censée avoir lieu hier n’était pas transitoire. Une revendication qui a coïncidé avec la mobilisation de Washington en tant qu’outils et personnes possibles pour resserrer les vis de la résistance, en frappant tout le Liban et en le conduisant à l’effondrement total, rapporte le site Liban 24 qui se réfère à un article du journal Al Khabar.

Des sanctions, au «César Act», en passant par la menace actuelle de sanctionner les partis et parties connus pour leur amitié avec les Américains, sous prétexte de leur coexistence avec le Hezbollah. Sans annonce préalable, la diplomatie américaine a décidé de geler le projet de négociation qu’elle avait travaillé sur sa propre ingénierie ces dernières années. 

L’objectif affiché est de rapprocher les points de vue libanais et israélien et de créer une base commune de discussion. La face voilée de la Lune, faire plier le Liban et l’obliger à entériner le statuquo et se satisfaire des 863 km2 au lieu d’une surface de 2200 kilomètres carrés auxquelles il droit. Une position Libanaise loin d’être au gout du tandem Tel-Aviv-Washington

Toute personne est passible de sanctions
D’où les menaces proférées par l’ambassadrice américaine à Beyrouth, Dorothy Shea, appelant à utiliser l’arme des sanctions dans les négociations pour faire pression sur le Liban. Selon des sources proches du dossier, un message clair a été adressé aux responsables officiels libanais : «s’en tenir à la récente proposition libanaise fait obstacle aux négociations, et toute personne impliquée dans l’obstruction des négociations sera passible de sanctions».

Le médiateur américain, l’ambassadeur John Deroche, qui a entamé mercredi hier sa visite au Liban par une rencontre avec le président de la République, le général Michel Aoun, a porté le même message, mais sur un ton diplomatique.  

Des sources proches de l’ambiance de la réunion, à laquelle étaient présent du côté américain, Deroche, Shea et la conseillère politique Audrey Kiranen, et du côté libanais, l’ancien ministre Salim Jreissati, directeur général de la présidence de la République Antoine Choucair, et les conseillers Oussama Khashab et le général de brigade Boulos Matar, ont indiqué que «le ton utilisé par les Américains n’étaient pas vifs ». Ils ont exigé un retour sur la ligne Hove, tandis qu’Aoun a souligné que «le Liban veut que les négociations aboutissent, car cela renforce la stabilité dans le sud et permet l’investissement dans des ressources naturelles, comme le gaz et le pétrole».  

Attachement au droit international et au droit de la mer
Il a déclaré que «les difficultés apparues lors du dernier cycle de négociations peuvent être surmontées grâce à des recherches approfondies fondées sur les droits internationaux et les articles du droit de la mer», soulignant que «la délégation de négociation libanaise a des instructions claires sur sa base», soulignant la nécessité de poursuivre ces négociations pour parvenir à Le but de le mener ». Al-Akhbar a appris qu’Aoun s’était appuyé sur une carte d’un ancien relevé aérien britannique qui renforcerait la position libanaise et ne violerait pas le droit de la mer.

La même réponse libanaise a été entendue par le délégué américain lors de sa rencontre avec la délégation libanaise négociatrice, ainsi que lors de sa rencontre avec le commandant des forces armées le général Joseph Aoun, dans son bureau à Yarze, en présence du chef de la délégation, le général de brigade Bassam Yassin.

Bien que la partie libanaise, jusqu’à présent, ait tenté d’absorber cette attaque américaine afin de transmettre ce qui reste à la défunte administration américaine, et de ne pas tomber dans le piège de ce que veut «Israël», des sources bien informées ont confirmé que «la menace américaine était très sérieuse et élevée, et il y a une menace d’imposer des sanctions étroites sur quiconque s’accroche à une superficie de 2 200 kilomètres carrés, sous prétexte que cette adhésion fait obstacle aux négociations. Non seulement cela, mais que «la menace atteint le point de lier la démarcation, comme le veulent les Américains (et Israël, implicitement), et l’aggravation de la crise économique et financier encore plus».