L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



International

Liban : Au bord du gouffre


le Lundi 3 Août 2020

La démission du MAE libanais et la menace que d’autres ministres lui emboitent le pas risquent de précipiter le pays du Cèdre dans le chaos.



Liban : Au bord du gouffre
Coupures de courant qui durent jusqu’à 20 heures par jour. Des montagnes d’ordures se déversant dans les rues. Longues lignes dans les stations-service. Et pour couronner le tout, le chef de la diplomatie libanaise vient de claquer la porte du gouvernement, retirant la pierre d’achoppement du mur de la coalition gouvernementale déjà vacillant. Cela peut sembler être un été standard au Liban, un pays habitué à sauter d’une catastrophe à l’autre.

Seulement cette fois, c’est différent, chaque jour apporte des signes plus sombres que le Liban a rarement vus dans les crises passées: licenciements massifs, hôpitaux menacés de fermeture, magasins et restaurants fermés, crimes motivés par le désespoir, une armée qui n’a plus les moyens de nourrir ses soldats de la viande et les entrepôts qui vendent de la volaille périmée.

Le Liban fonce vers un point de basculement à une vitesse alarmante, poussé par la ruine financière, l’effondrement des institutions, l’hyperinflation et l’augmentation rapide de la pauvreté - avec en plus une pandémie. L’effondrement menace de briser une nation considérée comme un modèle de diversité et de résilience dans le monde arabe et d’ouvrir potentiellement la porte au chaos. Les Libanais s’inquiètent d’une baisse si abrupte qu’elle altérerait à jamais la diversité culturelle et l’esprit d’entreprise du petit pays méditerranéen, sans précédent au Moyen-Orient

Dans le passé, le Liban a pu en partie attribuer ses troubles aux étrangers. Avec 18 sectes religieuses, un gouvernement central faible et des voisins beaucoup plus puissants, il a toujours été pris dans des rivalités régionales menant à la paralysie politique, à la violence ou aux deux. Sa guerre civile de 1975-90 a rendu le mot « Beyrouth » synonyme de dévastation de la guerre et a produit une génération de seigneurs de guerre devenus politiciens dont le Liban n’a pas pu se débarrasser à ce jour.

Depuis la fin de la guerre, le pays a subi une occupation syrienne, des conflits répétés avec Israël, des combats sectaires, des assassinats politiques et diverses crises économiques, ainsi qu’un afflux de plus d’un million de réfugiés de la guerre civile syrienne voisine. La présence du puissant groupe chiite Hezbollah - une armée par procuration pour lutter contre l’occupation israélienne - garantit que le pays est toujours pris dans la lutte pour la suprématie des superpuissances régionales.

Mais la crise actuelle est largement imputable au Liban; un point culminant de décennies de corruption et de cupidité par une classe politique qui a pillé presque tous les secteurs de l’économie.

Pendant des années, le pays a dérivé, évitant miraculeusement de s’effondrer alors même qu’il accumulait l’un des fardeaux de la dette publique les plus lourds au monde. Le système de partage du pouvoir sectaire attribuait les postes les plus élevés en fonction de la secte plutôt que des qualifications, ce qui a permis aux politiciens de survivre en s’engageant dans le copinage et le favoritisme pour leurs communautés.

Pénurie de devises et dépréciation de la livre libanaise 

Les problèmes ont culminé à la fin de 2019, lorsque des manifestations nationales ont éclaté contre l’intention du gouvernement de prélever une taxe sur l’application de messagerie WhatsApp, considérée comme la goutte d’eau finale pour les gens qui en avaient assez de leurs politiciens. Les manifestations ont déclenché une fermeture bancaire de deux semaines suivie d’une course contre les banques, puis de contrôles informels des capitaux qui ont limité les retraits ou les transferts de devises en dollars.

Dans un contexte de pénurie de devises, la livre libanaise a perdu 80% de sa valeur sur le marché noir, et les prix des produits alimentaires de base et d’autres produits ont connu une hausse fulgurante. Les économies se sont évaporées, plongeant beaucoup dans une pauvreté soudaine.

La chute du Liban « représente un effondrement épique avec un impact générationnel », a écrit Maha Yehia, directrice du Carnegie Middle East Center

Les piliers qui ont longtemps soutenu le Liban s’effondrent, y compris ses libertés et son rôle de plaque tournante du tourisme et des services financiers, et anéantissent sa classe moyenne, a-t-elle écrit dans une analyse récente.

Laissé à lui-même, le Liban pourrait en quelques mois atteindre un point où il ne peut plus répondre aux besoins de ses citoyens comme le carburant, l’électricité, Internet ou même la nourriture de base.

Déjà, il y a des signes que le pays est poussé vers une crise de la faim. Les craintes d’une rupture de la sécurité sont réelles. Le pouvoir d’achat du salaire d’un soldat ordinaire a baissé en dollars, passant d’environ 900 dollars à 150 dollars par mois. Les employés du secteur public ont également vu leurs salaires anéantis.

Contrairement aux crises précédentes où les pays arabes riches en pétrole et les donateurs internationaux sont venus à la rescousse, le Liban est cette fois désespérément très seul.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Octobre 2022 - 17:07 L’Europe affiche son soutien aux Iranien(ne)s







🔴 Top News










 
Other