Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Les marocains et le télétravail : hybridation et révolution !


Rédigé par Hiba Chaker le Lundi 3 Janvier 2022

Depuis le début de la pandémie 62 % des entreprises marocaines ont basculé vers le télétravail. Comment les marocains ont vécu le télétravail et quel est le niveau de production remarqué ? Détails.



Depuis mars 2020, les sociétés marocaines se sont vues, obligées par des circonstances exceptionnelles, à appliquer le télétravail. Pourtant, certaines d’entre elles l’ont maintenu jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, il ne s’agit plus uniquement de respecter les mesures sanitaires, c’est devenu un choix réfléchi. Nous assistons alors à une hybridation accrue du travail et à une flexibilité sans précédent des entreprises marocaines.

Quel est le statu quo du télétravail au Maroc ?

Selon une enquête menée par Rekrute auprès de 2709 salariés marocains, œuvrant majoritairement dans des grandes et moyennes entreprises, les entreprises marocaines semblent avoir accueilli à bras ouverts le télétravail. 62 % des participants à cette enquête disent que leurs entreprises l’appliquent aujourd’hui, dont 13% qui déclarent que leur entreprise a basculé en télétravail à temps complet, contre 38 % qui disent que leur entreprise fonctionne encore en présentiel. Cela dépend du secteur d’activité, de la taille et de la culture de l’entreprise et du style de management adopté. La majorité des entreprises, encore réticentes au changement – qui travaillent toujours en présentiel - ne prévoit pas d’appliquer le télétravail prochainement.
Le télétravail, entre productivité et démotivation générée par les difficultés techniques Aujourd’hui, 62 % des entreprises marocaines œuvrant principalement dans le secteur des centres d’appel, de l’informatique, de la banque, de l’automobile, de la comptabilité et du BTP, appliquent télétravail. Ceci est loin d’être une initiative unilatérale. En effet, 72 % des télétravailleurs admettent avoir opté pour ce mode de fonctionnement volontairement, marquant ainsi le début d’une révolution non-volontaire. La majorité écrasante (81%) pense qu’il est plus facile de travailler à distance par rapport à l’année dernière. Une préférence qui s’est confirmée davantage grâce au gain en productivité constaté. 71 % des salariés marocains en télétravail déclarent être plus productifs, et 80 % des participants à cette enquête, qui font des réunions à distance, pensent que ces dernières sont plus efficaces que les réunions physiques. Néanmoins, 57 % se plaignent des difficultés techniques qui, parfois, peuvent être source de démotivation et de baisse de productivité.
Cette contradiction engendre plusieurs questions : les patrons, arrivent-ils à juger avec certitude l’efficacité du télétravail ? Sont-ils conscients de leur devoir de fournir de meilleures conditions de travail à distance à leurs employés ? considèrent-ils, au moins l’accompagnement de leurs équipes pour améliorer les méthodes de travail, après plus d’une année de travail à distance ?
La mauvaise connexion internet et l’inadaptation des outils de travail représentent les deux facteurs clés qui font que les salariés, travaillant à distance, se sentent moins productifs. Par ailleurs, 23 % déclarent qu’ils utilisent leur propre matériel. Des données clés qui reflètent le
manque d’outils et de moyens informatiques et techniques pour assurer une expérience de télétravail qui répond aux attentes des deux parties : employeurs et salariés.

L’hybridation, résultat des sentiments mitigés des Marocains envers le télétravail

Malgré toutes ces difficultés, 57 % des salariés marocains préfèrent le mode de travail hybride, dont 25 % préfèrent travailler uniquement à distance. 72 % des personnes en télétravail sont allés jusqu’à aménager un espace de travail chez eux, chose qui montre à quel point ils se sont bien accommodés à ce mode de travail et qu’ils ont l’intention de s’y investir dans le futur. Cela serait principalement dû au fait qu’ils y perçoivent de multiples avantages : un gain de temps, un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, la réduction du stress et de la fatigue et un gain de productivité.
Interrogés sur leur niveau de satisfaction, 67 % des télétravailleurs sont satisfaits du télétravail, dont 25 % vont jusqu’à la décrire comme « extraordinaire ». En revanche, un tiers d’entre eux en gardent un goût amer. Ainsi, le télétravail paraît loin d’être parfait ou convenable à tous. Le débordement du temps de travail sur la vie personnelle est l’inconvénient principal du télétravail. En creusant davantage, des inconvénients liés au management font surface : le manque de reconnaissance, une charge de travail plus importante et le management à distance. Serait-il temps d’innover en management pour assurer le bien-être des employés en télétravail ?

  


Dans la même rubrique :
< >