Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Les laboratoires chinois exposent leurs vaccins à Pékin


Rédigé par le Lundi 7 Septembre 2020

Alors que l’OMS déclarait il y a quelques jours qu’une vaccination généralisée devrait probablement attendre la mi-2021, Pekin assiste aujourd’hui à l’exposition de deux candidat-vaccins lors d’une foire commerciale.



Pékin assiste aujourd’hui à un spectacle inouï. Les compagnies pharmaceutiques chinoises Sinovac Biotech et Sinopharm (qui a signé deux accords avec le Maroc)  ont exposé lors d'une foire commerciale leurs candidats-vaccins contre la Covid-19, intendants au podium de la course pour le vaccin.

Les doses produites par les entreprises Sinovac Biotech et Sinopharm font partie des  9 candidats vaccin ayant parcouru un long processus en termes de recherche, parmi les 34 vaccins actuellement en phase III d’essais cliniques dans le monde, et les 142 candidats vaccins présentement en phase d’essais précliniques.

Selon l’AFP, cette exposition a suscité un intérêt fervent au près des visiteurs qui se pressaient autour des stands où l’on dévoilait pour la première fois ces deux vaccins, qui ne sont certes pas encore commercialisés.

Les candidat-vaccins chinois : La phase III des essais entamée dans plusieurs pays

Pour rappel les essais de phase III des candidat-vaccins des deux laboratoires sont déjà lancés dans plusieurs pays à travers le monde. Sinophram a d’ailleurs signé des accords de partenariat avec le Maroc, mène également ses essais au Pérou, au Bahreïn, aux Émirats arabes unis et plus récemment en Argentine. L’Indonésie et le Brésil participent aux essais de phase 3 du CoronaVac de Sinovac,

Un troisième vaccin chinois est également l’un des candidats qui suscitent beaucoup d’espoir, lequel est développé par CanSino Biologics, et qui a été approuvé par le Pakistan, l’Arabie saoudite, la Russie et le Mexique pour des essais de phase III.

Les laboratoires chinois espèrent obtenir le feu vert des autorités pour une mise sur le marché avant fin 2020. Dans ce  sens, un responsable de Sinovac a indiqué à l'AFP que l'entreprise avait déjà terminé la construction d'une usine capable de produire 300 millions de doses par an.
Selon Sinopharm, son vaccin devrait permettre d'être protégé contre le virus pendant un à trois ans.

Les deux doses nécessaires à une immunisation devraient par ailleurs coûter au total moins de 1.000 yuans (124 euros), selon le président de la compagnie, cité par le journal semi-officiel Global Times.
Aucun vaccin dans le monde n'a pour l'heure achevé les essais cliniques. Mais au moins 5,7 milliards de doses ont déjà été précommandées aux différents fabricants.

Un pronostic pessimiste de l’OMS

Malgré la promesse rassurante de ces candidat-vaccins, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reste pour le moins aux aguets. Il y a trois jours, l’OMS a indiqué qu'une campagne massive de vaccination contre le COVID-19 pourrait ne pas s’opérer avant la mi-2021.

C’est du moins ce qu’a déclaré, lors d’un point de presse à Genève, Margaret Harris, porte-parole de l’OMS : « Il est peu probable de s’attendre à une vaccination généralisée avant le milieu de l’année prochaine », soulignant que la phase III devrait prendre beaucoup de temps afin de vérifier dans quelle mesure le vaccin est réellement protecteur et sûr.

Faisant référence aux essais cliniques de phase III menés actuellement par plusieurs pays, sans pour autant évoquer un candidat spécifique, Margaret Harris a ajouté « un nombre considérable de candidats vaccins sont maintenant entrés dans cette étape des essais, mais à ce stade, nous ne sommes pas encore en mesure de définir le niveau d’efficacité et de sécurité de ces vaccins ».

  


Dans la même rubrique :
< >